Catégories
Dominicains Église Société

Dans une culture de l’immédiat (1ère partie)

Imprimer

Par MARK PADREZ, Dominicain

« … Notre culture a radicalement changé. En seulement 30 ans, nous sommes devenus très différents en raison de la technologie. De l’ordinateur, Internet, téléphones portables, tablettes, à Face Book, Twister, Instagram, Amazon et Zoom. Nous avons un accès immédiat les uns aux autres, aux divertissements, à la nourriture, aux vêtements, aux transports et tant d’autres choses.

Tout cela a changé notre manière d’être en relation les uns avec les autres ou plutôt de ne pas l’être. Nous nous sommes ancrés dans notre propre petit monde, dans ce que nous pensons et croyons, et cela est renforcé et réaffirmé par les nouvelles et les blogs que nous choisissons de lire, les podcasts que nous écoutons et les vidéos que nous regardons. Et ce n’est pas seulement en politique mais dans notre pratique religieuse, notre foi.

Dans ce petit monde que nous avons créé, nous n’écoutons pas et nous ne cherchons pas la vérité, mais nous écoutons et recherchons ceux en qui nous avons confiance. Notre culture est clivée : extrême droite, extrême gauche, militantisme, discours haineux, discriminations, violence et même meurtre.

Les progrès technologiques ont sans aucun doute façonné notre monde pour un mieux à bien des égards, mais il y a eu un prix à cela. Notre monde ne souffre pas d’une crise d’autorité mais plutôt d’une crise d’authenticité.

Culture de la Rencontre

…Il y a un exemple que je voudrais présenter. Cela s’est passé le 6 novembre 2013. A la fin de l’audience avec environ 50 000 participants, le pape François a aperçu un homme dans la cinquantaine. Il était assis dans un fauteuil roulant et accompagné de sa tante Lotto. Celle-ci se souvient : « …Quand il s’est approché de nous, j’ai pensé qu’il me donnerait la main. Au lieu de cela, il est allé directement à Vinicio et l’a serré dans ses bras. Je pensais qu’il ne le rendrait pas ; il le tenait si fort. Nous n’avons rien dit, mais il m’a regardé…un regard magnifique tout à fait inattendu. Vinicio, habitué aux regards choqués et effrayés à cause de la maladie qui le défigurait dit : « Il n’a aucune peur…J’ai tremblé. J’ai ressenti une grande chaleur…J’avais l’impression de rentrer chez moi dix ans plus jeune, comme si j’avais été libéré d’un grand poids ».

Ces images ont fait le tour du monde…Le geste muet et éloquent du pape ne pouvait pas laisser indifférent…Il ne s’agissait pas d’un coup publicitaire. La caresse du pape était une expression authentique de la façon dont il comprend son ministère pour l’Église et pour le monde. Depuis qu’il a pris la direction de. l’Église, le pape a souligné la nécessité de tendre la main et de susciter une culture de la rencontre…Les pauvres, les faibles et les misérables confirment que François met en pratique ce qu’il prêche !

La promotion par le pape d’une culture de la rencontre attire notre attention et mérite une profonde réflexion.

Conférence aux Dominicains de France – juillet 2021
Texte paru dans « Prêcheurs : Bulletin de liaison des Dominicains de France- n°248)