Catégories
Dimanches

Dimanche des Rameaux – Année A – 5 avril 2020 – Évangile de Matthieu 21, 1-11

Évangile de Matthieu 21, 1-11 L’Entrée Royale du Seigneur L’évangile de Lazare nous a montré que les autorités du temple ont décidé de supprimer ce Jésus considéré comme un blasphémateur: cependant leurs tentatives de le lapider ont échoué et Jésus a toujours réussi à s’échapper. C’est lui qui décidera du jour de sa mort : […]

Catégories
Dimanches Fêtes et solennités

Dimanche des Rameaux – Année C – 14 avril 2019 – Évangile de Luc 22, 14 – 23, 56

ÉVANGILE DE LUC 22, 14 – 23, 56 ACCUEILLIR LE LIBERATEUR Impossible de l’ignorer. Nous en sommes alertés depuis quelques semaines déjà par les grandes surfaces et les pâtissiers : Pâques approche. C’est écrit en grand au-dessus des rayons où des monceaux d’œufs au chocolat, petits ou gros, nus ou enrubannés, entourés de flopées de lapins […]

Catégories
Dimanches

Dimanche des Rameaux – La Grande Semaine – 25 mars 2018
Année Marc

* Pourquoi la plaie est-elle du côté droit de Jésus ?
14 ans après le désastre de la destruction de Jérusalem et du temple en -587, le prophète Ezéchiel, déporté à Babylone, raconte qu’il eut une vision: sur une montagne une ville nouvelle resplendissait avec un temple habité par la Gloire de Dieu. Un filet d’eau sortait de dessous le seuil, descendait du côté droit (donc vers le sud) puis grossissait jusqu’à devenir un torrent qui allait assainir les eaux de la Mer morte. Dans ces lieux de stérilité totale, la vie jaillissait de partout : la Mer grouillait de poissons et sur les rives poussaient des arbres toujours verts (Ez 47).
Au Golgotha cette prophétie s’est réalisée de façon extraordinaire. Jésus est le Nouveau Temple et de son cœur jaillissent le sang et les eaux vives de l’Esprit-Saint qui descendent dans le pays de la mort et rendent vie à l’humanité.
Marie, Marie-Madeleine, Jean, le centurion païen, premiers bénéficiaires, nous invitent à regarder et à croire. La Croix est Source de Vie. « Jésus Christ est venu par l’eau et par la sang » (1 Jean 5, 6)

* Quelle est cette tête que l’on devine sous la croix ?
Le lieu de la croix était une sorte d’éminence, de bosse arrondie qui évoquait la forme d’un crâne. D’où son nom hébreu Golgotha, Calvaire. Une légende se transmettait dans le peuple : c’est là que reposait Adam, le premier homme que le péché avait envoyé dans la mort.
Maintenant le sang de Jésus dégouline sur lui et va le sortir de sa nuit, lui rendre la vie et le mettre debout. Symbole magnifique de l’effet universel de la croix de Jésus : tout être humain, s’il accepte de mettre son existence sous le signe de la croix, est promis à la vie.

Catégories
Dimanches Fêtes et solennités

Dimanche des Rameaux et de la Passion – Année A – 9 avril 2017
Évangile de Matthieu 21, 1-11

LA PARABOLE DE L’ÂNE

On n’imagine pas Alexandre le Grand, Jules César, Napoléon et autres prédateurs montés sur un âne pour faire leur Joyeuse entrée dans leur capitale. Jésus, lui, l’a fait. Non pour jouer à l’excentrique, au faux humble. Mais parce que c’était la volonté de son Père nettement mentionnée dans les Ecritures.

« Tressaille d’allégresse, fille de Sion…Voici que ton Roi s’avance vers toi : il est juste et victorieux, humble, monté sur un âne…Il supprimera le char de guerre ; il brisera les arcs et il proclamera la paix pour les nations. Sa domination s’étendra d’une mer à l’autre… »
( Zacharie 9, 9)

« Crie de joie, fille de Sion, pousse des acclamations, Israël, réjouis-toi de tout ton cœur…Le Seigneur a levé les sentences qui pesaient sur toi, il a détourné ton ennemi. Le Roi d’Israël, le Seigneur lui-même, est au milieu de toi…il est tout joyeux à cause de toi ; dans son amour, il te renouvelle…Je sauverai les brebis boiteuses, je rassemblerai les égarées…Je vous ramènerai…je changerai votre destinée »
(Sophonie 3, 14).

Jésus sait qu’il est ce Roi et que là est son programme : mission de supprimer les armements, d’instituer la paix entre tous les peuples, de sauver les démunis – bref d’aimer pour changer la destinée.
L’âne n’était pas un désir folklorique mais le signe pour faire comprendre la mission de ce Messie : bien écouter Dieu et non ses idées personnelles, aller lentement, porter de lourdes responsabilités, s’attendre à des coups et des rebuffades. Rester un pauvre, refusant honneurs et enrichissement.
La foule n’a pas compris : elle voulait un chef, la force, la gloire, les honneurs, les tambours.
Et nous, acceptons-nous d’être des ânes qui apportent un tel Seigneur ?

R.D.