Catégories
Église Société

LE PAPE DÉNONCE LE MANQUE DE VOLONTÉ FACE A LA FAIM DANS LE MONDE

Recevant en audience les participants à la 41e session de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Pape François a estimé que la faim dans le monde est le résultat « du manque de compassion et de volonté politique ».

Imprimer
François a rappelé que les premier et second objectifs de l’Agenda 2030 des Nations unies concernent l’élimination de la pauvreté et de la faim partout dans le monde. il a ajouté que même si des grandes avancées ont été réalisées dans ce domaine, il est nécessaire d’agir avec détermination pour mettre fin au plus tôt aux “graves et inacceptables fléaux” de la faim et de l’insécurité alimentaire.

En octobre 2018, à l’occasion de la Journée mondiale de l’alimentation, le pape avait adressé un message au directeur de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), dans lequel il précisait qu’un « regard superficiel et fugace ne suffit pas à éradiquer le fléau de la faim ». François y rappelait l’urgence d’agir concrètement, précisant qu’il était « légitime de rêver d’un avenir sans faim en 2030, seulement si l’on s’engage dans des processus tangibles ». Et d’ajouter: « Les pauvres ne peuvent pas attendre ».

Pour le pape, il convient de s’attaquer aux causes mêmes de ces drames, à savoir: le manque de “compassion”, le “désintérêt de beaucoup” et une “rare” volonté politique et sociale. Il n’est pas possible de considérer qu’il s’agit seulement d’un problème des pays pauvres, s’est-il exclamé : “Chacun de nous est concerné”.

“Nous sommes tous appelés à écouter le cri désespéré de nos frères” et à agir pour leurs droits les plus basiques, a insisté l’évêque de Rome.

Eviter le gaspillage

Un moyen accessible à tous est de réduire le gaspillage des aliments et de l’eau, propose le successeur de l’apôtre Pierre.

De même, la sensibilisation des jeunes générations à ces problématiques est un “investissement” utile et nécessaire.

A un niveau plus haut, François a demandé d’agir pour le développement de l’agriculture dans les régions les plus vulnérables, par exemple par des politiques “innovantes et solidaires” de développement. Cela nécessite l’engagement de tous des gouvernements jusqu’aux citoyens.

28 juin 2019 par Jean-Jacques Durré – CATHOBEL