Catégories
Laudato Si Société

L’avion, plaisir coupable de l’écolo voyageur

Imprimer

Par Pascale Krémer

Ils ont renoncé aux Coton-Tige, au Nutella et même à l’harmonie scandinave de la cuisine …Alors pas question d’annuler le ­Paris-New York de cet été… Ils embarqueront avec les enfants, trop de bagages et ce léger sentiment de culpabilité qui gagne, depuis peu, ceux qui ont l’heur de voyager et de songer à leur bilan carbone. … L’avion sème la zizanie. D’un côté, ceux qui connaissent les chiffres et commencent à s’interroger. De l’autre, ceux qui ne veulent surtout rien savoir …

Quarante fois plus polluant que le train

Ne me dites pas… Qu’un aller-retour Paris-New York envoie plus d’une tonne de gaz carbonique dans l’atmosphère par passager, soit autant qu’une année de chauffage et le cinquième des émissions annuelles d’un Français. Que tout trajet national ou européen en avion pollue quarante fois plus que le TGV, sept fois plus que le bus, deux fois plus qu’une voiture avec trois passagers. Que le secteur aéronautique est responsable de 2 % des émissions mondiales de CO2. Soit deux fois plus qu’un pays comme la France.

2 % seulement ? …Un chiffre trompeur, selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) qui souhaite « briser le tabou » en lançant « un débat démocratique sur la maîtrise du développement du transport aérien ». Car ce secteur connaît une croissance exponentielle (quatre milliards de passagers en 2018, le double prévu dans vingt ans), et les progrès technologiques qui y sont attendus ne suffiront pas à ­absorber l’explosion de ses émissions de gaz à effet de serre…

Journal Le Monde, 22 février 2019


REFLEXIONS

Cette joyeuse jeunesse qui a eu la magnifique initiative des marches pour le climat mettra-t-elle en application les slogans qu’elle affiche et scande dans les rues ? Sera-t-elle logique avec ses manifestations ? Osera-t-elle demander aux parents de renoncer aux longs voyages vers les palmiers et les plages de rêve ? Comme de résister au désir de changer de Smartphone tous les 6 mois ?

Et notre cher Pape François pourrait-il demander aux chrétiens que, dans la logique de son encyclique sur les dangers du réchauffement climatique, ils n’usent de l’avion que pour des cas urgents et professionnellement nécessaires ?

Car si François est tellement sympathique et a besoin d’être encouragé dans sa lutte pour la conversion de l’Eglise, ne peut-on s’étonner devant ce spectacle de foules en délire devant lui ? Faut-il toucher le Pape ou s’appliquer à étudier et à faire ce qu’il dit ? Toute la Bible raconte combien l’idolâtrie est une force terrible. Il faut relire l’épisode de Paul et Barnabé à Lystre, comment Paul rejette avec violence cet élan populaire prêt à diviniser celui qui venait d’accomplir une guérison. « Que faites-vous là ? Nous sommes des hommes comme vous ! » (Actes 14, 15).

Et dans la même logique que penser de la pratique des pèlerinages ? Saint Paul n’a jamais invité ses chers chrétiens de Salonique ou de Corinthe à se rendre à Jérusalem pour voir où avait été couché le corps du Christ. « Le corps du Christ, c’est vous », leur affirmait-il. Si vous ne le voyez pas ici dans vos assemblées, vous ne le verrez pas davantage dans les lieux dits saints.

R.D.