Catégories
Église Société

Trois Noëls différents à vivre plus sobrement

Imprimer

Au fil des ans, Noël est devenu le festival de l’hyperconsommation et de l’individualisme. Nombreux sont ceux qui désirent vivre cette fête davantage en cohérence avec le message originel de la célébration de l’Incarnation : sobriété, simplicité, convivialité. Quelques conseils pour se préparer à vivre la Nativité autrement.

1. Un Noël plus solidaire

Avant tout, partez des besoins des associations plutôt que de vos propres idées ou envies. De nombreuses structures organisent des réveillons solidaires avec les personnes isolées. Prenez contact avec les associations les plus proches de chez vous, pour identifier leurs besoins : bénévolat, don d’argent, de nourriture, vêtements ou jouets. Votre démarche sera ainsi plus productive. Le Secours populaire, par exemple, vient de lancer la campagne nationale des Pères Noël verts. Le principe : organiser des actions (collecte, papier cadeau à la sortie des magasins, soirées caritatives) tout au long du mois de décembre, pour permettre aux familles accueillies toute l’année de fêter Noël à la maison avec des cadeaux et un repas amélioré. De son côté, la Fondation de France organise des Réveillons de la solidarité pour 25 000 personnes seules et fragilisées.

Les initiatives individuelles sont aussi les bienvenues. Jeune maman, Solweig a décidé de fabriquer un calendrier de l’Avent inversé. Au lieu de contenir un chocolat, l’initiative invite à faire un geste solidaire chaque jour : un petit sacrifice, de l’aide à un inconnu… « Et le week-end, il y a un cadeau spirituel et une invitation à un moment de qualité le dimanche , explique la jeune catholique. Noël est l’occasion de faire plaisir à ceux qu’on aime, mais pour ceux qui ne peuvent pas se le permettre, j’ai voulu profiter de l’Avent pour offrir un peu de mon temps, de l’argent et des produits de première nécessité à ceux qui en ont besoin …

2. Un Noël plus écologique

Guirlandes électriques, papier cadeau, surconsommation… Tous les ans, la fin du mois de décembre est sujette à beaucoup d’excès, qui ont des répercussions directes sur le plan écologique. Or, de nombreuses alternatives plus durables existent. D’abord le menu du réveillon. Pourquoi ne pas opter pour des substituts au foie gras, qui est produit à partir du gavage forcé d’oies ou de canards, ou au caviar, composé d’œufs d’esturgeons dont l’espèce est menacée ? Sans renoncer complètement aux classiques de saison, le saumon bio ou sauvage, les huîtres (dont la coquille va au compost) ou les langoustines bio peuvent être des choix plus écologiques.

Encore mieux : le repas végétarien ! Il faut environ 15 000 litres d’eau pour produire 1 kg de viande. Alors, cette année, pourquoi ne pas opter pour des légumes en chaussons ou un risotto aux champignons ? Engagée dans une démarche zéro déchet depuis trois ans, Éléonore et son mari ont voulu l’appliquer à leur façon de fêter Noël. Et cela commence… par le papier cadeau. « Ça m’a toujours fait mal au cœur de voir tout ce papier à la poubelle, souvent non recyclable . » Alors, la Dijonnaise l’a remplacé par d’immenses sacs en tissu ou a réutilisé des boîtes en carton. « Je me sers le plus souvent de sacs en kraft pour les cadeaux aux amis, et en tissu pour la famille . » Il peut aussi être intéressant de reconsidérer ce que l’on s’offre : présents dont la fabrication et les matières premières sont de qualité afin qu’on les conserve plus longtemps ; cadeaux immatériels comme des places de concert ou un soin du visage ; objets utiles plutôt que des gadgets, en demandant aux uns et aux autres de quoi ils ont vraiment besoin… D’autre part, les produits de seconde main s’imposent de plus en plus dans la façon de consommer des Français, ce qui limite l’empreinte carbone – tout en étant plus économique. Pour les achats d’objets, livres, jouets ou vêtements d’occasion, de nombreux sites et applications existent : label-emmaus.co, videdressing.com, luckyfind.fr ou vinted.fr.

3. Un Noël plus spirituel

Et parce que l’Avent sert avant tout à se préparer intérieurement à la fête de Noël, l’incontournable calendrier de l’Avent peut être une belle façon de vivre un temps spirituel (du moment qu’il ne se limite pas à la découverte de chocolats !). Les éditions de l’Emmanuel viennent par exemple de sortir un calendrier Fratelli tutti, inspiré de la dernière encyclique du pape François. Les applications de prière YouPray et Hozana proposent également un petit temps spirituel par jour pendant les quatre semaines qui précèdent Noël. Certaines abbayes invitent aussi les volontaires à venir passer quelques jours pour se préparer à la naissance du Christ. Après une année de pause due au Covid, une soixantaine de monastères en France et en France accueillent des jeunes pour vivre des week-ends spirituels et de ressourcement jusqu’au 18 décembre.

Et pourquoi ne pas vivre la nuit de Noël dans une abbaye ? De nombreux moines et moniales proposent à ceux qui le souhaitent, seul ou non, de venir vivre un temps spirituel pendant le réveillon du 24 décembre ou même du 31. C’est le cas des frères dominicains de la Sainte-Baume, dans le Var. Du 21 au 25 décembre, ils proposent une retraite intitulée Noël provençal, au pied du massif de la Sainte-Baume, en Provence (saintebaume.org).

La Vie, no. 3978, jeudi 25 novembre 2021 – extraits