Catégories
Église Société

PAPE FRANCOIS — NON A LA NOUVELLE IDOLATRIE DE L’ARGENT

Imprimer
55. … Nous acceptons paisiblement la prédominance de l’argent sur nous et sur nos sociétés.

Nous avons créé de nouvelles idoles. L’adoration de l’antique veau d’or (cf. Ex 32, 1-35) a trouvé une nouvelle et impitoyable version dans le fétichisme de l’argent et dans la dictature de l’économie sans visage et sans un but véritablement humain… On réduit l’être humain à un seul de ses besoins : la consommation.

56. Alors que les gains d’un petit nombre s’accroissent exponentiellement, ceux de la majorité se situent d’une façon toujours plus éloignée du bien-être de cette heureuse minorité.

Ce déséquilibre procède d’idéologies qui défendent l’autonomie absolue des marchés et la spéculation financière. Par conséquent, ils nient le droit de contrôle des États …Une nouvelle tyrannie invisible s’instaure…

S’ajoutent à tout cela une corruption ramifiée et une évasion fiscale égoïste qui ont atteint des dimensions mondiales.

L’appétit du pouvoir et de l’avoir ne connaît pas de limites… Tout ce qui est fragile, comme l’environnement, reste sans défense par rapport aux intérêts du marché divinisé.

NON A L’ARGENT QUI GOUVERNE AU LIEU DE SERVIR

57. Derrière ce comportement se cachent le refus de l’éthique et le refus de Dieu.

En définitive, l’éthique renvoie à un Dieu qui attend une réponse exigeante …L’éthique permet de créer un équilibre et un ordre social plus humain.

J’exhorte les experts financiers et les gouvernants des différents pays à considérer les paroles d’un sage de l’antiquité : « Ne pas faire participer les pauvres à ses propres biens, c’est les voler et leur enlever la vie. Ce ne sont pas nos biens que nous détenons, mais les leurs » (St Jean Chrysostome).

58. … L’argent doit servir et non pas gouverner ! Le Pape aime tout le monde, riches et pauvres, mais il a le devoir, au nom du Christ, de rappeler que les riches doivent aider les pauvres, les respecter et les promouvoir …

Je vous exhorte à la solidarité désintéressée et à un retour de l’économie et de la finance à une éthique en faveur de l’être humain.

PAPE FRANCOIS — LA JOIE DE L’EVANGILE