Catégories
Église Personnalités

PAPE FRANCOIS EN THAÏLANDE : DEUX CONSEILS AUX JEUNES POUR ÊTRE HEUREUX

Imprimer

« Ne reste jamais par terre ! » et « ne passe pas ta vie assis dans un canapé ! » : ce sont les deux conseils du pape François aux jeunes Thaïlandais, pour connaître « un bonheur extraordinaire ».

Le pape François a adressé un message vidéo aux jeunes Thaïlandais réunis ce mercredi 20 novembre 2019 pour une veillée de prière. Le pape est en effet arrivé à Bangkok (Thaïlande) pour une visite de 4 jours, ce mercredi matin, 20 novembre 2019, à 12h05, heure locale, après un vol d’environ 11 heures.

« Je te conseille ces deux choses : ne reste jamais par terre, relève-toi tout de suite, que quelqu’un t’aide à te relever. Première chose.
Deuxième chose : ne passe pas ta vie assis dans ton canapé ! », conseille donc le pape, avant de poursuivre : « Vis ta vie, construis ta vie, agis, avance ! Avance toujours sur ton chemin. Engage-toi. Et tu auras un bonheur extraordinaire, je te le garantis ».

Le message vidéo a été enregistré à la nonciature apostolique de Bangkok, où le pape se repose, avant d’entamer les visites officielles de ce 32ème voyage international, ce jeudi 21 novembre. Il se rendra ensuite au Japon, du 23 au 26 novembre.


PAPE FRANCOIS AU JAPON

Le pape François appelle à « une paix désarmée »

« L’utilisation de l’énergie atomique à des fins militaires est aujourd’hui plus que jamais un crime, non seulement contre l’homme et sa dignité, mais aussi contre toute possibilité d’avenir dans notre maison commune », déclare le pape François depuis Hiroshima : « Nous aurons à en répondre. »

Au deuxième jour de son voyage au Japon – deuxième étape après la Thaïlande – ce 24 novembre 2019, le pape s’est rendu au Mémorial de la paix d’Hiroshima, où il a appelé de ses vœux un monde sans armes nucléaires :
« Comment pouvons-nous proposer la paix si nous utilisons l’intimidation de la guerre nucléaire comme recours légitime pour résoudre les conflits ? La véritable paix ne peut être qu’une paix désarmée. »

« Au nom de toutes les victimes des bombardements et des expérimentations atomiques, ainsi que de tous les conflits, élevons ensemble un cri : plus jamais la guerre, plus jamais le grondement des armes, plus jamais tant de souffrances ! » a-t-il lancé après s’être recueilli au pied du monument qui commémore l’épicentre du bombardement du 6 août 1945. Un millier de personnes, dont une vingtaine de survivants du drame, étaient présentes.

Par sa venue, le pape a dit vouloir être « la voix de ceux dont la voix n’est pas entendue et qui voient avec inquiétude et angoisse les tensions croissantes qui traversent notre époque, les inégalités et les injustices inacceptables qui menacent la coexistence humaine, la grave incapacité de prendre soin de notre maison commune, le recours constant et spasmodique aux armes ».

Il a souhaité « l’ajournement d’intérêts exclusifs de groupes ou de certains secteurs, pour qu’on parvienne à la grandeur de ceux qui luttent ensemble afin de garantir un avenir commun »