Catégories
Église Société

L’Esprit souffle, suis-le

Imprimer

Par Hubert de Boisredon

Il fait partie de cette génération de dirigeants engagés et convaincus que l’entreprise peut être un lieu d’épanouissement de l’homme, que l’on peut faire du profit tout en agissant pour le bien commun « à condition que chaque chose soit mise à sa juste place…Le problème n’est pas le profit, le problème est de vouloir à tout prix maximiser le profit au détriment de l’homme ».

Début des années 1980. Il a 18 ans et vient de démarrer une prépa scientifique lorsqu’il vit « une première expérience spirituelle fondatrice ». « C’est ce que j’appelle ma rencontre très personnelle avec Dieu. Elle a été une réponse à une angoisse profonde : quel est le sens de ma vie ?  Se réorientant vers une prépa commerciale, il intègre donc la prestigieuse HEC.

Le deuxième épisode « fondateur » se déroule à New York où il part étudier la finance internationale. « New York était une ville très sale, très pauvre, c’était le début du sida… et, à côté de ça il y avait écrit sur la première page de mon livre de finance : « Le but de l’entreprise est de maximiser le profit de ses actionnaires » ». Il décide d’aller dans le Bronx rencontrer les sœurs de Mère Teresa. « Elles m’ont proposé de distribuer la soupe populaire et de rencontrer des malades du sida ».

Puis le voilà parti pour deux ans de coopération au Chili… où il restera finalement sept ans, ayant fondé avec un ami et sa future femme, Marianne, une institution financière de microcrédits dans les quartiers pauvres de la capitale, Santiago. Il est marqué par sa rencontre avec des jeunes qui cherchent à sortir de la drogue. « Ces jeunes qui cherchaient à redresser leur vie m’ont permis de comprendre que j’avais moi aussi mes pauvretés, moi aussi mes faiblesses. Et qu’il n’y avait qu’une seule réponse à cela : ne pas rester seul, dire simplement à l’autre qu’on a besoin d’aide ».

Un grave accident de voiture de Marianne, et une longue convalescence pour lui après avoir attrapé une hépatite virale, fait revenir définitivement le couple en France. « D’un point de vue spirituel jai compris ce que disait Jésus : “Il est bon que je m’en aille” ». Accepter de partir, c’était laisser la vie continuer et, pour moi, continuer à suivre l’Esprit saint.»

Désormais marié et père de famille, Hubert de Boisredon poursuit sa carrière au sein du groupe international de chimie Rhône-Poulenc (devenu Rhodia, puis Solvay). « Je ne connaissais rien à la chimie, à la grande entreprise, au marketing industriel… mais le DRH a choisi de valoriser ce que j’étais, à savoir oser prendre des risques et sortir des sentiers battus. » Il passera notamment sept ans en Asie. « J’ai vu des sociétés chinoises évacuer tranquillement leurs produits chimiques dans les nappes phréatiques, j’ai vu des salariés travailler sans aucun équipement de protection… On ne parlait pas encore de développement durable mais cela a forgé ma conviction que l’entreprise ne peut pas ne pas être engagée pour les personnes, pour l’environnement ». Quand je montais au créneau on me répondait : « Si on corrige ça, notre coût va augmenter et nous allons être moins rentables » .

Le pire est de se résigner à l’inacceptable, de capituler

« Ce qui est grave pour moi, c’est quand on s’installe, quand on accepte des situations inacceptables comme la pauvreté extrême dans certains pays, quand on accepte que la terre brûle, quand on accepte que des migrants meurent dans un bateau, que des personnes handicapées soient marginalisées… Le pire est de se résigner à l’inacceptable, de capituler ».

« Le chrétien, la personne engagée, est celui qui n’accepte pas, qui va jusqu’au bout en se confrontant à sa liberté, en confrontant au risque de tout perdre : son job, sa réputation », reprend-t-il. Après sept ans en Asie il rentre en France où il s’oppose au patron de la division pour laquelle il travaillait. « C’était quelqu’un de très brillant mais qui pratiquait un management par la pression, la peur. Il a voulu me forcer à délocaliser mes équipes aux États-Unis alors qu’il n’y avait aucun sens stratégique », se souvient-il.

Ne pouvant l’accepter et n’ayant pas réussi à convaincre, il finit par partir. « Quand on va jusqu’au bout de ses convictions en essayant d’être cohérent, on peut en payer le prix. C’est douloureux, mais paradoxalement, quand c’est le fruit d’une fidélité, ce qui apparaît être un échec est une victoire », reconnaît-il. « La mort du Christ sur la croix est un échec ? Non c’est la victoire de l’amour et la bonne nouvelle c’est qu’il est ressuscité ».

Hubert de Boisredon suit donc, une nouvelle fois, l’Esprit. « Je me suis laissé guider par cette source, cette présence intérieure qui m’habite et me dit : je suis avec toi, je te précède, ta vie est importante pour moi ». Il décrit une impression d’être sans arrêt encouragé, accompagné, précédé par quelqu’un qui lui ouvre les portes et qui « l’appelle et qui l’invite à être son collaborateur, son associé, son disciple pour contribuer à construire un monde plus humain et plus juste ».

Se laisser habiter par l’Esprit saint

Car depuis 2004, Hubert de Boisredon a pris la direction de l’entreprise industrielle Armor. Il a impulsé une dynamique de croissance au sein de l’entreprise afin de devenir leader mondial dans les consommables qui impriment les étiquettes code-barres et l’impression variable sur emballage. « L’expérience douloureuse du management par la pression et par la peur a ancré en moi l’importance fondamentale d’avoir un management par la confiance. De la même manière, voir ce qui se passe quand une entreprise ne respecte pas la santé ou la sécurité des personnes a ancré en moi l’extrême importance de l’engagement de l’entreprise dans le développement durable ».

Concrètement, Hubert de Boisredon a instauré l’actionnariat salarié dans l’entreprise – qui compte aujourd’hui 500 salariés actionnaires – mais aussi l’emploi des personnes handicapées, l’accueil de la jeunesse avec des contrats en alternance (une soixantaine), l’intégration dans l’économie circulaire…

Porter sa vision chez Armor « n’a pas été facile dans le sens où ce que j’ai proposé a été une vraie rupture : oser croire qu’on avait une mission au-delà de ce qui était imaginé au départ », explique-t-il. « Mais cela a été facile au sens où je me suis appuyé sur ce qui était déjà là, présent dans les équipes. Je me rends compte que les individus ont, inscrit au cœur d’eux-mêmes, une envie de trouver du sens à leur travail et d’améliorer la société. Cette vision-là est partagée par tous. C’est le rôle du dirigeant de réveiller cette envie …  de montrer que l’entreprise peut être un outil extraordinaire de transformation du monde si on l’oriente au service du bien commun ».

« Les réponses aux questions que l’on se pose en tant que patron engagé, je les trouve souvent en revenant à cette expérience première où se rejoignent l’amour que je reçois, cet appel à une liberté profonde et cette confiance que l’Esprit me guide », reprend-t-il. « Cet Esprit saint est en moi et il agit. Dieu n’a pas créé le monde une fois pour toute et le contemple de là-haut. Il continue de créer le monde à chaque instant et nous propose de participer à sa création. Il nous propose à chacun, croyant et non-croyant, d’être co-créateur avec lui de ce mouvement et ainsi nous fait participants de sa mission de création et de Salut ».

Interview (écourtée) paru dans Aleteia 28 09 21

L’Esprit souffle, suis-le. Itinéraire d’un dirigeant engagé,
par Hubert de Boisredon,
Mame, septembre 2021, 15,9 euros.