Catégories
Personnalités Société

La belle histoire d’Arthur Ashe

Imprimer
Quand Arthur Ashe, le légendaire joueur de tennis américain, était en train de mourir du sida qui s’était propagé par le sang infecté administré lors d’une chirurgie cardiaque en 1983, il a reçu des lettres de ses fans, dont l’un a demandé : ” Pourquoi Dieu a-t-il dû vous choisir pour une maladie si horrible ? “

Arthur Ashe a répondu :

” Il y a plusieurs années, environ 50 millions d’enfants ont commencé à jouer au tennis, et l’un d’eux était moi.
-5 millions ont vraiment appris à jouer au tennis,
-500,000 ont appris le tennis professionnel,
-50 mille sont venus sur le circuit,
-5 mille ont atteint le Grand Chelem,
-50 sont arrivés à Wimbledon,
-4 ont atteint la demi-finale,
-2 ont atteint la finale et à nouveau l’un d’eux était moi.

Quand je célébrais la victoire avec la coupe à la main, je n’ai jamais pensé à demander à Dieu :
” Pourquoi moi ? ” Alors maintenant que je souffre, comment puis-je demander à Dieu : ” Pourquoi moi ? ”
Le bonheur vous garde doux ! Les jugements vous maintiennent forts ! Les douleurs vous gardent humains ! L’échec vous garde humbles ! Le succès vous garde brillants !

Mais seulement, la foi vous fait avancer. Parfois, vous n’êtes pas satisfait de votre vie, alors que de nombreuses personnes dans ce monde rêvent de pouvoir vivre votre vie. Un garçon dans une ferme voit un avion voler au-dessus de lui et rêve de voler.
Mais le pilote de cet avion survole la ferme et rêve de rentrer chez lui.

C’est la vie ! Profitez de la vôtre…

Si la richesse était le secret du bonheur, les riches devraient danser dans les rues. Mais seuls les enfants pauvres le font. Si le pouvoir garantissait la sécurité, les personnes importantes devraient marcher sans gardes du corps. Mais seuls ceux qui vivent humblement rêvent tranquillement.
Si la beauté et la renommée attiraient des relations idéales, les célébrités devraient avoir les meilleurs mariages.

Ayez confiance en vous ! Vivez humblement. Marchez humblement et aimez de tout votre cœur…!”

(paru dans Tribune juive 8 avril 2020)