Catégories
Fêtes et solennités

Fête de Tous les Saints – Année C – 1 novembre 2019 – Évangile de Matthieu 5, 1-14

ÉVANGILE DE MATTHIEU 5, 1-14 TOUS SAINTS OU TOUS MORTS ? Comme toutes les autres fêtes, la Toussaint a perdu son sens originel chrétien: elle est devenue la TOUS MORTS. D’où l’arrivée en force du grand Guignol de Halloween avec ses diables et ses sorcières. L’Eglise, elle, chaque jour du calendrier, fêtait un grand Saint, […]

Catégories
Dimanches

FÊTE DE LA TOUSSAINT – 1er NOVEMBRE 2018

SAINT PAUL A LA COMMUNAUTE DE CORINTHE (année 55)

Frères, je vous rappelle la Bonne Nouvelle que je vous ai annoncée ;
cet Évangile, vous l’avez reçu ; c’est en lui que vous tenez bon,
c’est par lui que vous serez sauvés si vous le gardez tel que je vous l’ai annoncé ;
autrement, c’est pour rien que vous êtes devenus croyants.

Le Christ est mort pour nos péchés conformément aux Écritures,
et il fut mis au tombeau ;
il est ressuscité le troisième jour conformément aux Écritures,
il est apparu à Pierre, puis aux Douze ;
ensuite il est apparu à plus de cinq cents frères à la fois
la plupart sont encore vivants, et quelques-uns sont endormis dans la mort …

Alors, comment certains d’entre vous peuvent-ils affirmer
qu’il n’y a pas de résurrection des morts ?

Et si le Christ n’est pas ressuscité,
notre proclamation est sans contenu, votre foi aussi est sans contenu ;
et nous faisons figure de faux témoins de Dieu

Car si les morts ne ressuscitent pas, le Christ non plus n’est pas ressuscité.
Et si le Christ n’est pas ressuscité,
votre foi est sans valeur, vous êtes encore sous l’emprise de vos péchés ;
et donc, ceux qui se sont endormis dans le Christ sont perdus.

Si nous avons mis notre espoir dans le Christ pour cette vie seulement,
nous sommes les plus à plaindre de tous les hommes.

1 Corinthiens – chap.15

Catégories
Fêtes et solennités

Fête de la Toussaint – Année A – 1er novembre 2017 – Évangile de Matthieu 5, 1-12

«  Je ne meurs pas : j’entre dans la Vie »
(Sainte Thérèse de Lisieux – au seuil de la mort – 1897)

Il semble qu’il n’y a rien à faire : le mot Toussaint évoque la mort, le souvenir des défunts, les visites au cimetière, le crissement des feuilles mortes sous les pas de gens tristes portant un bouquet de fleurs sous un ciel gris.
« Un temps de Toussaint » dit-on. Grisaille et tristesse. Nos « trépassés »

Pourtant le mot TOUS-SAINTS évoque tout le contraire.
Vers la fin du cycle de l’année liturgique, l’Eglise nous invite à célébrer le bonheur éternel de tous-les-saints, la multitude innombrable d’hommes et de femmes c.à.d. de tous les vivants en Dieu. Ceux qui sont « passés en Dieu ».
Et c’est le lendemain que nous prions pour nos défunts.

Les deux jours sont liés en effet et ils nous replacent devant l’énigme de la mort.
Nécessité fatale.
Fin de la brève aventure terrestre ou métamorphose comme la chrysalide devient papillon.
Retour au néant ou nouvelle naissance.

Voici une toute récente catéchèse de notre Pape sur l’espérance devant la mort.

R.D.