Catégories
Dimanches

PAQUES ENCORE AUJOURD’HUI, DES CHRETIENS REVIENNENT A NINIVE ET PARDONNENT

Imprimer
Bonne nouvelle ! Ils sont de plus en plus nombreux à rentrer dans leurs villages de la plaine de Ninive. À ce jour, plus de 37 000 chrétiens sont déjà rentrés ! Grâce à votre aide, chaque jour, de nouvelles familles peuvent retrouver une maison. Aujourd’hui, un quart des habitations ont déjà été rénovées.

Le Père Salar Kajo, qui accompagne ces familles, témoigne de ce retour :

« Maintenant, le grand défi est pour beaucoup de trouver du travail. Ils pensaient ne pas pouvoir retourner chez eux, ils avaient perdu espoir, mais pas leur foi en Jésus.

Un exemple de leur profonde foi est qu’ils ont pu pardonner à l’État Islamique et à leurs voisins qui ont collaboré avec les djihadistes. Ils croient fermement que seul le pardon sera en mesure de changer le cœur de ces gens qui ont commis tant de violence contre eux.

Au nom de Jésus-Christ, tout est possible. Les gens ont beaucoup souffert, pendant les trois années qu’ils ont passées en tant que réfugiés au Kurdistan irakien, où ils ont connu de nombreuses difficultés.

Mais ils ont une foi qui leur permet de tout surmonter, non sans difficulté. Cette foi fait aussi que le pardon soit vécu en vérité. La première chose que les familles aient faite en revenant dans leurs villages a été de rendre visite à leurs voisins musulmans. Pour leur demander comment ils allaient. Et ils leur ont dit qu’ils voulaient revenir pour vivre en paix et retrouver la coexistence pacifique. C’est quelque chose d’humainement impossible, mais dans une logique de foi, c’est possible.

Il est urgent que chacun puisse revenir dans son village. Cela n’est possible que grâce à l’aide des organisations, parce que les gouvernements ne nous offrent pas d’aide. Après une année de reconstruction, le seul canal d’aide a été l’Église. Nous voulons revenir, retrouver notre dignité, travailler et vivre comme avant l’État Islamique. C’est notre terre, c’est notre identité.

La crise de l’État Islamique a fait grandir ma vocation sacerdotale. Le Seigneur nous emploie comme prêtres pour que nous soyons plus proches du peuple en ces temps difficiles, dans tous les domaines de la vie, et pas uniquement pour les questions pastorales. Cela a renforcé les relations entre l’Église et les fidèles. Il est important que les chrétiens restent en Irak. Ils ont la responsabilité morale de faire la paix et de transformer les cœurs de leurs concitoyens. Ils se sentent comme des artisans de paix au Moyen-Orient. »

Dans la joie de l’octave pascale, du fond du cœur je vous remercie de votre indéfectible soutien. »

Marc Fromager
Directeur de l’AED

(Copié dans AIDE A L’EGLISE EN DETRESSE)