Catégories
Église

PAPE FRANCOIS : CONVERTIR L’IDÉE QUE NOUS AVONS DE DIEU

Imprimer

Angélus 15.12.2019

… Le salut enveloppe l’homme tout entier et le régénère. Mais cette nouvelle naissance, avec la joie qui l’accompagne, suppose toujours une mort à nous-mêmes et au péché qui est en nous.

D’où l’appel à la conversion, qui est la base de la prédication à la fois du Baptiste et de Jésus; en particulier, il s’agit de convertir l’idée que nous avons de Dieu.

Et le temps de l’Avent nous encourage à le faire précisément par la question que Jean-Baptiste pose à Jésus: « Es-tu celui qui doit venir ou devons-nous en attendre un autre? » (Mt 11, 3). Nous pensons: pendant toute sa vie, Jean a attendu le Messie; son style de vie, son propre corps est façonné par cette attente. C’est aussi pourquoi Jésus le loue par ces paroles: nul n’est plus grand que lui parmi ceux qui sont nés d’une femme (cf. Mt11,11).

Et pourtant, lui aussi a dû se convertir à Jésus. Comme Jean, nous aussi nous sommes appelés à reconnaître le visage que Dieu a choisi d’assumer en Jésus-Christ, humble et miséricordieux.

L’Avent est un temps de grâce. Il nous dit qu’il ne suffit pas de croire en Dieu: il faut purifier chaque jour notre foi. Il s’agit de se préparer à accueillir non pas un personnage de conte de fées, mais le Dieu qui nous appelle, nous implique et devant qui un choix s’impose.

L’enfant qui gît dans la crèche a le visage de nos frères et sœurs les plus nécessiteux, des pauvres qui « sont les privilégiés de ce mystère et, souvent, ceux qui sont le plus capables de reconnaître la présence de Dieu au milieu de nous » (Lettre apostolique Admirabile signum, 6).

Que la Vierge Marie nous aide, pour qu’ à l’approche de Noël, nous ne nous laissions pas distraire par les choses extérieures, mais que nous faisions de la place dans notre cœur à Celui qui est déjà venu et veut revenir pour guérir nos maladies et nous donner sa joie.