Catégories
Église

Où va le monde ?

Imprimer

« Pour 2020, les géants mondiaux de l’armement affichent une forme insolente…Selon le rapport de l’Institut international de recherche sur la paix, le chiffre d’affaires des 100 plus grands groupes du secteur de la défense a atteint un sommet avec 531 milliards de dollars engrangés- dont plus de la moitié par les entreprises américaines Soit une hausse de 1, 3 % en un an alors que dans le même temps l’économie mondiale a chuté de plus de 3 % » – (La croix 7 12 21)

La faim est en augmentation constante depuis 6 ans et elle touche aujourd’hui 828 millions de personnes. Pourtant des solutions existent (Comité catholique contre la faim)

D’ici 2080, 600 millions de personnes supplémentaires souffriront de la faim ( « Terre solidaire »)

L’obésité, avec le surpoids, touche aujourd’hui 2 milliards de personnes sur terre (Documentaire sur Arte)

Un réseau d’économistes de Paris publie son rapport sur l’état des inégalités dans le monde. Les 0, 01 % les plus riches qui ont un patrimoine supérieur à 15 millions d’euros, détenaient 7 % du patrimoine mondial en 1995. Ce chiffre est de 11 % aujourd’hui. La distance entre la base et le sommet de la pyramide n’a fait que s’accroître depuis 30 ans. Les plus riches sont proportionnellement moins taxés que la classe moyenne ( La Croix 8 12 21)

« C’est l’année des records pour les salaires des patrons français . Leur rémunération moyenne s’est élevée à 4, 5 millions d’euros en 2021, niveau inégalé depuis 15 ans. Progression spectaculaire pour les entreprises du Cac 40 : leurs dirigeants ont perçu une rémunération de 7, 9 millions d’euros en moyenne, en hausse de 52 % par rapport à 2019. C’est 100 fois la rémunération moyenne d’un salarié du Cac 40. ( La Croix 23 11 2022)

« Le marché mondial des produits de luxe a fait un nouveau bond en avant en 2022, avec une progression de 13 % : il a généré 1400 milliards de revenus en 2022. Il devrait connaître une nouvelle expansion l’année prochaine ( La Libre 16 11 22)

« 13 % de la population belge connaissent un risque de pauvreté. 6, 3 % supportent des privations matérielles sévères. 15, 4 % indiquent avoir des grandes difficultés à s’en sortir » (Rapport sur la pauvreté)

Où va ce monde ?…

Dieu nous a donné la réponse :
Viens, Seigneur Jésus !

D’abord Jésus est celui est venu, il est Dieu venu vers nous, il est le geste de Dieu vers l’homme…

Mais il est aussi celui qui viendra, car c’est en lui que toutes choses trouveront leur accomplissement. Comme dit St Paul : «  La création en attente aspire à la révélation des fils de Dieu…Nous gémissons nous aussi intérieurement dans l’attente de la rédemption de notre corps ». Le monde entier est dans l’attente, et notre prière même doit être tendue vers l’accomplissement eschatologique.

Il faudrait que dans ce cri « Viens, Seigneur Jésus », notre prière épouse toutes les attentes, toutes les souffrances physiques et morales de l’humanité qui nous entoure, en ayant conscience que nos vies et toutes celles qui nous entourent sont entraînées dans ce mouvement de la création entière vers le Christ.

Le Christ est aussi celui qui ne cesse de venir. Sa venue est pour chacune de nos âmes une réalité actuelle. «  Je me tiens à la porte et je frappe : si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui pour souper, moi près de. lui et lui près de moi ».

Si nous laissons entrer le Christ, il nous fera partager ses dons et ses biens, il a une parole pour chacun d’entre nous. Perpétuellement par sa grâce il sollicite de l’intérieur nos cœurs. Pour cela il demande que nous soyons attentifs à sa venue, que nous ouvrions les portes de nos âmes….Il est le but vers lequel nous tendons ; en lui finalement tout se résume, car il est l’unique fin des choses.

Quelque chose a déjà commencé qui ne s’achèvera jamais : c’est notre transformation en Jésus Christ ; il faut nous laisser faire par lui.

Il nous est demandé d’avoir soif, de nous ouvrir à Dieu pour laisser sourdre au fond de notre âme cette soif de grâce que seul le Seigneur étanchera.

« Qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura plus jamais soif ». Cette parole s’adresse à tous sans exception, ni condition préalable : quels que soient nos péchés passés, notre médiocrité, notre insensibilité spirituelle.

Il suffit de croire à l’Amour, de croire que tout est toujours possible, que rien n’est irrévocable, ni échec ni infidélité. La grâce de Dieu peut tout guérir, tout sauver ; retourner à Dieu est toujours un commencement absolu car la puissance de Dieu est sans limite.

« Que celui qui écoute dise : Viens ! Et que l’homme assoiffé s’approche, que l’homme de désir reçoive l’eau de la Vie gratuitement »

Avec celui qui rend témoignage, disons oui, Amen, en ouvrant nos cœurs à ce que le Christ veut ainsi accomplir en nous et par nous, pour que jaillisse au fond de nos cœurs cette source inépuisable de vie et d’amour.

Jean Daniélou, jésuite