Catégories
Église

Nigeria : il refuse de renier le Christ

Imprimer

Manga est chrétien. Et Dieu sait qu’il ne fait pas bon être chrétien au Nigeria. Considéré comme l’endroit le plus dangereux du monde pour cette communauté, un chrétien y est tué toutes les deux heures. Manga a failli être de ceux-là. Le 2 octobre 2012, le jeune homme, à peine âgé de 20 ans, rentre chez lui comme tous les soirs, après l’université. Sa mère prépare le dîner. Un tableau parfaitement normal : une famille, un repas partagé. Puis les rafales de tir. Il est 19h30. Les hommes de Boko Haram, groupe islamiste ayant prêté allégeance à Al-Qaïda, font irruption dans la pièce. C’est ici que la vie de Manga bascule. Les djihadistes procèdent selon la méthode habituelle : ils font sortir de la maison les hommes les plus âgés de la famille : Manga, son père et son frère cadet, pendant que sa mère et les enfants plus jeunes s’enferment dans une autre pièce.

Ils nous ont dit : “Nous allons vous tuer.” Je leur ai répondu: Si vous nous tuez, qu’est-ce que vous y gagnez ?

« Puis ils ont demandé à mon père et à nous deux si nous étions prêts à renier Jésus et à embrasser l’islam », témoigne Manga auprès de l’ONG Portes Ouvertes. Le père de Manga refuse. « Alors ils nous ont dit : “Nous allons vous tuer.” Je leur ai répondu: “Si vous nous tuez, qu’est-ce que vous y gagnez ?” »Cette réponse entraîne un déchaînement de violence qui fera payer aux trois hommes le prix du sang. Manga est frappé d’un coup de crosse de fusil, et son père est sauvagement assassiné. « Ils l’ont décapité et ont mis sa tête sur son ventre, devant mes yeux, raconte Manga. Puis ils ont essayé de décapiter mon frère, qu’ils ont laissé pour mort. Pendant ce temps, d’autres le frappaient et le piétinaient. » Manga assiste impuissant au massacre des siens. Vient ensuite son tour. « Ils ont pris un autre couteau, avec des dents de scie et ils ont essayé de me couper le cou. »

J’ai pensé à Jésus quand il a été cloué sur la croix et j’ai fait mienne sa prière : “Père pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font”

À cet instant pourtant indescriptible de terreur, Manga parvient à trouver la force de prier. « J’ai pensé à Jésus quand il a été cloué sur la croix et j’ai fait mienne sa prière: “Père pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font” ». Le jeune homme poursuit : « J’ai aussi prié avec le Psaume 118: “Je ne mourrai pas, mais je vivrai pour proclamer la gloire de l’Éternel.” Je ne savais pas si j’allais survivre, mais j’ai prié quand même. » Le jeune homme est laissé pour mort, baignant dans son sang, le corps de son père et de son frère martyrs sous ses yeux. Comme si cela ne suffisait pas, les hommes de Boko Haram accrochent une bombe au portail de la maison familiale, où hurlent de terreur la mère de Manga et ses plus jeunes enfants. Ils sont sauvés par la courageuse intervention des voisins qui parviennent à abattre une cloison pour faire sortir les survivants de la famille avant d’appeler la police. 

La situation nous dépasse mais nous savons que notre Dieu est un Dieu vivant

Il est 23 heures. Manga et son frère, presque vidés de leur sang, arrivent à l’hôpital. Les soignants réussissent à sauver le frère de Manga. Mais Manga a perdu trop de sang, si bien que les médecins renoncent. Pourtant, à ce moment précis, l’électrocardiogramme indique que le cœur de Manga bat de nouveau. « J’ai pris conscience que j’étais vivant parce que Dieu l’avait décidé », souligne Manga. 

À l’image de Manga, beaucoup de chrétiens au Nigeria parviennent à témoigner d’une Espérance qui inspire et force le respect : « La situation nous dépasse mais nous savons que notre Dieu est un Dieu vivant qui peut faire basculer la situation en un clin d’œil », affirme-t-il. « Et même s’il ne le faisait pas, nous lui resterions fidèles. Alors continuez à prier pour nous, c’est la meilleure chose que vous puissiez faire pour le Nigeria. » Et de conclure : « Faisons de notre mieux pour l’œuvre de Dieu, pour l’honorer avec notre vie. Que la faim et la soif de Dieu soient encore plus dans votre cœur. »

Site Aleteia 2/12/2022


Iles Maldives : « Un non-musulman ne peut pas devenir citoyen des Maldives » (Constitution § 9d) – « Peine de mort pour apostasie » (Charia Afghanistan) – Haïti : « La situation est assez horrible. L’ île est aux mains des gangs. Les hôpitaux ferment…Mais le plus douloureux est l’indifférence du monde ; personne ne s’intéresse à nous » (Sœur Marcella). – Nigéria : « Des chrétiens sont tués dans toute l’Afrique, des églises prises d’assaut. De jeunes chrétiennes sont enlevées, violées, forcées de se convertir à l’Islam et d’épouser des hommes d’âge…L’Église a besoin de gens qui parlent pour elle » (père A. Abamoyi)

L’Église dans le monde 12 2022