Catégories
Église

Amour de Dieu et Amour du Prochain, Culte et Justice

Imprimer

Le contrat d’Alliance de Dieu avec Israël est résumé par les dix Commandements écrits sur deux Tables : les devoirs envers Dieu et ceux envers le prochain. Ils sont inséparables. Une des grandes tentations d’Israël est d’édifier des sanctuaires magnifiques, de rendre à Dieu un culte généreux, régulier …mais qui tolère injustices graves et exploitation des pauvres. Le Seigneur ne supporte pas ce culte hypocrite et il envoie des Prophètes pour le dénoncer et appeler à la conversion urgente. Quelques exemples :

Le Prophète AMOS

Vers – 750, Amos, bouvier du royaume de Juda, reçoit mission d’être prophète de Dieu dans le royaume de Samarie. La prospérité y a provoqué un enrichissement mais aussi des injustices criantes.

« Dans vos assemblées il n’y a rien qui me plaise, dit le Seigneur ; vos sacrifices de bêtes grasses, j’en détourne mes yeux. Éloigne le bruit de tes cantiques ! Que le droit jaillisse comme les eaux, et la justice comme un torrent ! …Rétablissez le droit au tribunal ».

Le grand prêtre du temple convoque Amos : « Va-t’en, voyant ! Retourne au pays de Juda ! Ne prophétise pas ici, c’est le temple royal ! ».

Le Prophète ISAÏE

Quelques années plus tard, le grand prophète Isaïe se lève à Jérusalem et, lui aussi, dénonce avec violence un culte hypocrite qui tolère l’exploitation des pauvres.

« Écoutez la Parole du Seigneur. Que me fait la multitude de vos sacrifices ? dit le Seigneur Les holocaustes de béliers, la graisse des veaux, j’en suis rassasié…Cessez d’apporter de vaines offrandes ! Je n’en peux plus des forfaits et des fêtes ; je déteste vos solennités. Vous avez beau multiplier les prières, je n’écoute pas ; vos mains sont pleines de sang ! …

Cessez de faire le mal, apprenez à faire le bien, recherchez la justice, faites droit à l’orphelin, prenez la défense de la pauvre veuve….Comment Jérusalem est-elle devenue une prostituée, la cité qui était fidèle et juste ?…Tes chefs sont des rebelles, complices des voleurs. Ils aiment les pots-de-vin, ils ne rendent pas justice au pauvre… » (Is 1)

Le vrai Jeûne

Après la destruction de Jérusalem et du premier temple, au retour du long exil à Babylone, les Judéens sont malheureux, ils organisent des jours de lamentation et de prière pour obtenir le soutien de Dieu. Et ils se lamentent de n’être pas exaucés. Mais un disciple d’Isaïe dénonce l’hypocrisie de ces jeûnes :

« Parole du Seigneur. Vous dites : « Que nous sert de jeûner si tu ne le vois pas ? »…Or le jour de jeûne, vous savez tomber sur une bonne affaire, vous brutalisez vos ouvriers. Vous jeûnez mais vous cherchez querelles et disputes et vous frappez le malheureux !

Le jeûne que je préfère c’est : dénouer les liens provenant de la méchanceté, détacher les courroies du joug, renvoyer libres ceux qui sont écrasés, partager ton pain avec l’affamé, héberger les pauvres sans abri, habiller celui est nu. Ne te dérobe pas devant celui qui est ta propre chair…

Alors tu appelleras et le Seigneur répondra. Ta lumière se lèvera, le Seigneur te guidera sans cesse… » (Is 58)

Le surplus de piété envers Dieu
ne compensera jamais le manque de pitié pour le frère