Catégories
Dimanches

2ème dimanche – Année C – 16 janvier 2022 – Évangile de Jean 2, 1-11

Imprimer

Évangile de Jean 2, 1-11

La Semaine Chrétienne

Jean commence la scène célèbre des noces de Cana, lue en ce jour, par une notation que la liturgie a omise : « Le 3ème jour, il y eut une noce… » c.à.d. « le surlendemain ». Ce récit a donc un lien avec ce qui précède et la note est importante puisque nous répétons encore la formule entrée dans le credo : « Il est ressuscité le 3ème jour ». Cana a rapport à Pâques.

En remontant dans le texte de Jean, nous constatons que – fait unique dans les évangiles – presque chaque petite scène s’enchaîne à la précédente (« le lendemain »). Si bien que nous avons cette suite :

1) Jn 1, 1 : « Au commencement était le Verbe et le Verbe était Dieu. Tout fut par lui…Le Verbe a demeuré parmi nous, nous avons vu sa Gloire…A ceux qui croient en lui, il a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu »…. ».

2) 1, 19 : Et voici le témoignage de Jean(Baptiste) : « Je ne suis pas le Christ ».

3) 1, 29 : Le lendemain Jean voit Jésus : «  Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde…J’ai vu l’Esprit descendre sur lui…Il est le Fils de Dieu… »

4) 1, 35 : Le lendemain, Jean répète : « Voici l’Agneau de Dieu ». Deux disciples suivent Jésus et demeurent avec lui. André va appeler son frère Simon : « Nous avons trouvé le Messie ». Jésus appelle Simon Pierre. (le 2ème disciple anonyme est sans doute Jean l’évangéliste)

5) 1, 43 : Le lendemain Jésus trouve Philippe : « Suis-moi ». Philippe va trouver Nathanaël : « Nous avons trouvé le Messie, c’est Jésus de Nazareth ». A ses cinq nouveaux disciples Jésus déclare : « Vous verrez le ciel ouvert sur le Fils de l’homme ».

6) …. : jour creux.

7) 2, 1 : « Or le 3ème jour (surlendemain), il y eut une noce à Cana… ».

Création et Recréation de l’homme

Jean commence donc son évangile en calquant les débuts de l’apparition de Jésus sur la semaine inaugurale de la création du monde (Genèse 1, 1…): « Au commencement Dieu créa…Dieu dit : « Que la lumière soit » : et la lumière fut…. ». Dieu crée tous les éléments par sa Parole et il confie l’ensemble à l’humanité, homme et femme. Évidemment l’auteur de la Genèse n’a pas la conception scientifique (big bang) mais théologique, en tant que vision de Dieu. Hélas, l’humanité pèche, elle se laisse entraîner par ses besoins et ses désirs et le monde va à la catastrophe : violence, guerres, jalousies, cupidité.

Pour nous sauver, Dieu, par l’intermédiaire d’Israël, donne la Loi : « Voilà comment retrouver l’équilibre et la paix ». Hélas, même Israël est incapable d’observer la Loi. Les prophètes hurlent à la conversion mais les ruines s’accumulent.

Une révélation surgit peu à peu dans l’histoire : puisque l’homme est incapable de se sauver par lui-même, un jour Dieu oindra un roi, qui sera donc appelé « Messie »(Oint) et lui, il pourra redresser l’humanité et la conduire à Dieu.

Voilà la Bonne Nouvelle qui commence et que Jean raconte dès sa première page. Jean-Baptiste est le dernier prophète, il avoue son impuissance et désigne le Messie tout simple : Jésus. Celui-ci va rétablir le lien de l’homme à Dieu, lien d’amour qui s’appelle « Alliance » et qui est donc semblable à une noce. Cana symbolise cette merveille. « Ils n’ont plus de vin » : la remarque de Marie signifie que nous sommes incapables de demeurer dans la joie de l’Alliance. Nous échouons toujours.

Jésus commande alors de puiser de l’eau : comme Jean-Baptiste, il faut multiplier les efforts, puiser, s’épuiser, travailler, s’acharner à remplir nos devoirs « jusqu’au bord » comme on remplit des jarres. Elles sont 6 comme les jours de la semaine.

Ensuite, « le 3ème jour », Jésus rassemble ses disciples. Ils lui apportent l’eau, la somme de leurs efforts et Il la transfigure en vin. L’allégresse de la nouvelle Alliance éclate. Joyeux les disciples croient, font confiance en Jésus, lui donnent leur vie et se mettent à le suivre. Ils ne sont plus disciples de Jean-Baptiste, de la Loi, de la moralité : ils sont disciples de Jésus ressuscité « le 3ème jour » parce qu’il a donné sa vie pour leur offrir le pardon et la Vie nouvelle.

« Au commencement était la Parole…la Parole s’est faite chair…Nous avons vu sa Gloire de Fils…Et il nous a donné d’être des enfants de Dieu…Personne n’a jamais vu Dieu : Jésus nous l’a révélé ».

La foi chrétienne en Jésus Messie ressuscité ouvre un temps nouveau de l’histoire.

Marie

« Ils n’ont plus de vin …Faites tout ce qu’il vous dira » : les deux seules phrases de Marie, toujours appelée « la mère de Jésus » nous rappellent que nous sommes appelés à un autre bonheur, que nos recherches et nos plaisirs seront toujours incapables de le construire, et qu’il nous faut nous appliquer à appliquer tous les enseignements de Jésus, c.à.d. à vivre selon l’Évangile avec tout notre engagement.

Alors le « 3ème jour », jour de la résurrection, dimanche, nous nous rassemblons près de Marie, mère de tous les disciples, et nous buvons le vin de la Nouvelle Alliance. L’Agneau a donné sa vie pour nous pardonner, le Fils de l’Homme nous ouvre le Royaume.

Comme André a appelé Simon, comme Philippe a appelé Nathanaël, comme Jean a écrit son évangile, nous devenons les témoins, nous appelons, nous cherchons les autres en quête d’un bonheur qu’ils ne trouvent jamais. Tandis que « la Mère » nous apprend sans cesse à être « des « fils ».

Ne cherchez pas sur une carte où se trouve le village de Cana : vous y êtes quand vous allez participez « aux Noces de l’Agneau », l’Eucharistie nouvelle.

Fr. Raphaël Devillers, dominicain.