Catégories
Personnalités

Le dernier A-Dieu de Michael Lonsdale

Imprimer

Décédé le 21 septembre 2020 à l’âge de 89 ans, le comédien Michael Lonsdale, qui a profondément marqué le cinéma et le théâtre français, n’a jamais cessé de témoigner de sa foi catholique.

« La petite veilleuse qui diminuait ces derniers temps a fini par s’éteindre dans la paix de Dieu, dans la brise légère du matin, dans la douceur du jour, à l’heure de l’Angélus. » C’est par ces mots qu’Anne Facérias, a choisi de partager les derniers instants sur terre de Michael Lonsdale, dont elle était une amie proche et qu’elle a accompagné ces dernières années. « Il est parti en silence sur la pointe des pieds, laissant derrière lui la trace d’un prophète. Sa fin de vie a été une action de grâce ».

Homme de scène et homme du Ciel, Michael Lonsdale s’est éteint le 21 septembre 2020 à l’âge de 89 ans, après avoir reçu les derniers sacrements de la main de Mgr Philippe Barbarin, au soir d’une vie riche. Professionnellement d’abord : il aura tourné au total dans 130 films sur près de 65 ans,

 Et puis il y a eu ce rôle, celui même qui valut un César et a profondément bouleversé des centaines de milliers de spectateurs : celui de frère Luc dans Des hommes et des dieux de Xavier Beauvois (2010).

La scène où le vieux moine explique à une jeune musulmane, Rabbia, en confidence, en quoi consiste l’amour restera gravé dans les mémoires. Le réalisateur expliquera par la suite avec émotion auprès du Figaro qu’il s’agissait d’une scène totalement improvisée : « Sans qu’il y réfléchisse, on a tourné cette scène pour laquelle je n’avais rien écrit. Il m’a sorti un truc merveilleux, comme ça, en deux secondes. C’était tellement beau que je n’ai pas fait d’autre prise. »

Ami proche de Michael Lonsdale, l’éditeur et journaliste Michel Cool a raconté l’amitié qui les unissait :« Michael a déversé dans le cœur de ses amis un océan de bonté qu’ils n’ont pas fini de contempler et de méditer… ».

Michael Lonsdale fut aussi – et surtout – « un étonnant et authentique « homme spirituel » qui marchait, jouait, parlait, se taisait sous l’emprise quasi constante de l’Esprit saint », se souvient encore Michel Cool. « Il aimait rappeler qu’il était né le jour de la Pentecôte. Son culte de l’Esprit saint lui fit faire des merveilles parmi les humains de son temps […] Ami de Marguerite Duras et de Thérèse de Lisieux, il demeure un témoin radical et authentique de ce que l’attachement passionné à l’Évangile peut susciter de foncièrement libre et créatif chez un homme dont la vie ne fut pas toujours un long fleuve tranquille ».

A. Pinard Legry – in Aleteia – 30 09 20


Michael Lonsdale :
“L’Esprit saint m’a sauvé la vie”

Dans son livre « Viens, Esprit saint, en nos cœurs », Michael Lonsdale offre une anthologie personnelle de textes consacrés à la troisième personne de la Trinité..

Interview par Alexia Vidot publiée le 05/06/2019 dans La Vie

Comment avez-vous rencontré l’Esprit saint, à qui vous consacrez votre dernier livre ?

Tout d’abord, je suis né un jour de Pentecôte (rires). Mais surtout l’Esprit saint m’a sauvé la vie lorsque j’avais 40 ans. J’avais perdu, en une année, des êtres très chers, dont ma mère et ma tante avec lesquelles je vivais. J’ai alors plongé dans une sorte de désert de tristesse, de désespoir. Le monde s’était écroulé pour moi, je priais, suppliais, hurlais, intérieurement et extérieurement : « Seigneur, sauve-moi, je ne sais pas si je vais continuer à vivre ! »

La réponse du Seigneur a été apportée par mon parrain, par hasard de passage à Paris, qui m’emmena un jour à l’église Saint-François-Xavier où se rassemblait un groupe de prière du Renouveau charismatique. Ces 300 personnes qui chantaient, levaient les mains, priaient en langues, animées d’une foi extraordinaire, m’ont transmis la grâce de l’Esprit saint. Depuis, elle ne m’a plus quitté, ne cessant d’agir en moi, me remplissant d’une joie inouïe au quotidien.

De la Trinité, il est la personne la plus méconnue. Esprit, qui es-tu ?

Pour nous chrétiens, l’Esprit est très important dans l’histoire de l’incarnation du Sauveur….Et il intervient dans nos vies à tous maintenant, en silence et discrètement, mais avec puissance. On a ainsi dit de lui qu’il est un « collaborateur efficace ». À chaque instant il nous « donne la vie », c’est-à-dire la vraie vie, la vie spirituelle, la vie de l’Amour. N’hésitons pas à lui demander des tas de choses ! Je lui demande ainsi de veiller, d’aider, d’être présent dans mes paroles, mes décisions.

Quelle est votre relation à l’Esprit saint aujourd’hui ?

Je le rencontre dans des circonstances multiples : messes, retraites, prières, sessions à la communauté de l’Emmanuel où on le prie beaucoup. Mais aussi dans mon métier, J’aime réciter chaque jour sa prière : « Viens, Esprit saint, par la puissante intercession du cœurs immaculé de Marie, ton épouse bien-aimée. » 

Quels conseils donneriez-vous pour vivre dans l’Esprit saint ?

Les liens avec Lui sont très simples, il ne faut pas s’imaginer de grandes envolées impressionnantes. C’est très confidentiel, très intérieur et très secret. Laissons-le agir, offrons-lui juste toute notre confiance. Il s’agit d’être spontané, libre, sincère dans ses élans, ses confidences, ses prières, ne pas hésiter à lui exprimer ses joies comme ses tristesses. C’est le meilleur de nos amis, il ne nous laissera jamais tomber. Et, de plus, il nous mène vers Dieu et vers le Christ.

Parmi les nombreux textes sur l’Esprit saint que vous avez reproduits dans votre livre, lequel préférez-vous ?

Je les aime tous : les textes de l’Ancien Testament, Isaïe par exemple, ceux du Nouveau, des écrits de saints ou de théologiens, comme Cyrille de Jérusalem, les deux Thérèse ou Maître Eckhart, les apophtegmes des Pères du désert.

Quels fruits pouvons-nous tirer de votre anthologie personnelle ?

Lire ces paroles essentielles, les méditer dans notre cœur nous fait entrer en profondeur dans le mystère de la Trinité, nous met en présence de l’énergie de l’Esprit saint, grâce auquel nous accédons à la lumière et l’Amour de Dieu.

« Ô Roi du ciel, Consolateur, Esprit de vérité, toi qui es partout présent et qui remplis tout, Trésor de biens et Donateur de vie, viens et demeure en nous, purifie-nous de toute souillure et sauve nos âmes, toi qui es bonté ». » Invocation de l’Esprit saint dans la liturgie byzantine.

Viens, Esprit saint, en nos cœurs.
Michael Lonsdale, éditions Philippe Rey, 18€.