Catégories
Dimanches

4ème dimanche ordinaire – Année A – 29 janvier 2017
Évangile de Matthieu 5, 1-12

LES 8 COLONNES DE LA MAISON DE DIEU

Au temps de sa grandeur (- 5e siècle), Athènes édifie le temple du Parthénon au sommet de l’acropole en l’honneur de sa divinité protectrice Athéna, déesse de la raison. Chef d’œuvre, symbole du miracle grec.
En son centre la statue écrasante, gigantesque (11 mètres.), couverte d’ivoire et d’or, de la déesse.
La façade s’ouvre sur 8 colonnes.
« Il y a un lieu où la perfection existe…Quand je vis l’acropole, j’eus la révélation du divin…O déesse, le monde ne sera sauvé qu’en revenant à toi » (Ernest RENAN)

Aujourd’hui, les touristes affluent du monde entier pour admirer et photographier ce chef-d’œuvre, « patrimoine mondial de l’humanité ». Un vestige d’une haute civilisation.
Un monument en partie ruiné. La statue a disparu.

5 siècles plus tard, sur une colline de Galilée, Jésus ne construit pas un édifice, il n’écrit rien.
Il parle, il expose son programme pour la paix du monde.
Il s’adresse à un peuple de pauvres, une population écrasée par le joug étranger.
Au cœur de son enseignement : le « Notre Père ». En portique : les 8 colonnes des Béatitudes.

Aujourd’hui, dans le monde entier, des multitudes infinies de cœurs simples continuent à découvrir le bonheur de vivre selon les 8 béatitudes. 8 Paroles qui créent un temple spirituel.
En entrant dans l’Evangile, le croyant découvre Dieu comme son PÈRE (hébreu : AB), donc il est son FILS (hébreu : BEN) ; donc il est « AB-BEN »(en hébreu : PIERRE).

En communauté, les disciples de Jésus sont les pierres vivantes du TEMPLE de l’Esprit.
Il ne sera jamais en ruines. Patrimoine éternel à la Gloire de Dieu le Père.

Imprimer
[one_full last= »yes » spacing= »yes » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » hover_type= »none » link= » » border_position= »all » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= » » animation_direction= » » animation_speed= »0.1″ animation_offset= » » class= » » id= » »][fusion_text]


Les 8 Colonnes du Royaume

« DIEU VIENT – donc CHANGEZ VOS FAÇONS DE VOIR ET DE VIVRE ! ». Dans les petits villages de Galilée, où cohabitent juifs et païens, un jeune charpentier, pauvre, sans titre, sans soutien, suivi par quelques jeunes gens, commence à proclamer la BONNE NOUVELLE et sa Parole est tellement forte qu’elle a le don de guérir certains malades et handicapés. Très vite évidemment la rumeur se répand, les foules accourent.
Mais le renouveau de l’humanité exige plus que la santé physique. Il ne suffit pas de recevoir des bienfaits corporels – si importants soient-ils –  mais il faut se donner soi-même et changer de comportement – comme des adultes libres et responsables.

Voyant les foules qui le suivaient, Jésus gravit la montagne. Il s’assit, et ses disciples s’approchèrent de lui. Alors, ouvrant la bouche, il les enseignait.

La proclamation de la Bonne Nouvelle est suivie de l’enseignement. En quoi donc consiste cette « conversion » ? Dieu vient à nous : comment aller à Lui ? Matthieu synthétise l’enseignement fondamental de Jésus dans le magnifique SERMON SUR LA MONTAGNE, en 3 chapitres (Matt 5-7) que nous allons écouter ces prochains dimanches. Il s’ouvre par un portique majestueux : les 8 BÉATITUDES. Oui Dieu vient instaurer son règne sur terre : on y entre comme dans un temple soutenu par 8 colonnes.
Vous cherchez le bonheur ? Voici le message qui en indique l’entrée ; il se situe à contre-courant des slogans menteurs qui encouragent égoïsme et cupidité mais qui conduisent l’humanité à l’abîme.

« HEUREUX » : Jésus ne promeut pas une législation qui impose des ordres et resserre le carcan des interdits. Il fait appel non à la satisfaction de nos besoins mais à l’accomplissement de notre désir. Car si l’animal n’a que des besoins, l’homme, lui, est habité par un désir profond : le désir de Dieu.

Les 8 Béatitudes vont par paires qui guident nos 4 aspirations essentielles. Des spécialistes écrivent encore des volumes de commentaires sur ce texte phare de la civilisation : essayons en quelques lignes  de donner des pistes.  A chacun de prolonger sa réflexion personnelle.

1. L’HUMILITÉ DANS LA PAUVRETÉ

(Rectifier l’ordre du lectionnaire : la 3ème est la 2ème)

Heureux les pauvres de cœur, car le royaume des Cieux est à eux.
Heureux les doux, car ils recevront la terre en héritage.

Personne n’a enregistré les paroles de Jésus : plusieurs dizaines d’années plus tard, les évangélistes cherchent à préciser ce qu’il a voulu dire. Dans sa version, Luc est plus tranchant: « Heureux les pauvres ; malheureux les riches ». Matthieu  comprend que l’entrée dans le Royaume ne peut dépendre du compte en banque et tomber dans la mendicité. Ne faut-il pas des fonds pour éduquer les enfants, créer des entreprises, poursuivre les recherches ? La pauvreté est « en esprit » : elle est fondamentalement humilité, perte de tout orgueil et de toute vanité, accueil de la Parole de Dieu.
Mais attention de s’estimer pauvre évangéliquement  tout en s’attachant à l’argent : d’où la 2ème béatitude qui cite le psaume 37. « Les doux » n’y désignent pas des gens au tempérament paisible et amorphe mais des croyants qui ne brûlent pas d’envie pour posséder autant que les impies. Ceux-ci s’acharnent à augmenter leur avoir, à agrandir leurs possessions mais « le peu qu’a le juste vaut mieux que la fortune de tant d’impies…Les bénis de Dieu posséderont le pays… Évite le mal, agis bien… » (Ps 37). Contre ceux qui veulent posséder beaucoup de terres et de maisons, Jésus propose un détachement qui autorise à hériter, à recevoir « la terre » c.à.d. le Royaume. Non à AVOIR plus mais à ÊTRE plus (en Dieu, avec les autres).
Dans notre société qui excite à la cupidité, à la consommation égoïste, et qui idolâtre le dieu argent, il est bien difficile de demeurer sobre et généreux. « Un pauvre de cœur » possède une richesse incommensurable : le Royaume de Dieu. Comblé de l’essentiel, il partage, autant qu’il le peut,  avec ceux qui manquent.

« Tant que chacun cherchera à accumuler pour soi, il n’y aura pas de justice…Un cœur occupé par la soif de posséder est un cœur vide de Dieu…Dans un cœur possédé par les richesses, il n’y a plus beaucoup de place pour la foi…Il est préférable de partager car au ciel nous n’apportons que ce que nous avons partagé avec les autres » (Pape François – 6.12.2013)

2. LE DÉSIR A PARTIR DU MANQUE

Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés.
Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés.

Il ne s’agit pas ici du deuil, de la perte d’un proche mais de ceux que la Bible appelle « les endeuillés de Sion », c.à.d. ceux qui sont malheureux de voir l’état du monde, ceux qui pleurent de voir le triomphe des méchants, l’orgueil des tyrans, la haine des despotes qui provoquent tant de détresses. Le disciple de Jésus est torturé d’apprendre que les innocents sont victimes d’attentats, que des frères dans la foi sont persécutés, que l’Église est défigurée par le péché. « Aimer, c’est quand tu souffres, j’ai mal » disait l’abbé Pierre. Le vieil écrivain Mauriac se reprochait amèrement « sa terrible indifférence » aux malheurs des hommes.
La justice est « l’ajustement » à la volonté de Dieu : elle est un appel vital comme l’eau pour le voyageur perdu dans le désert. Le droit et la justice ne sont pas un idéal si lointain qu’on doive renoncer à l’atteindre, ils ne sont pas une responsabilité laissée aux grands du monde, ils ne sont pas un mirage. L’affamé de justice, affirme Jésus, sera rassasié. Car il n’y a pas de bonheur sans espérance.

3. LE CŒUR PUR ET AIMANT

Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde.
Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu.

L’année du Jubilé vient de nous rappeler la valeur primordiale de la miséricorde qui n’est pas un vague pardon de peccadilles, une piécette jetée sans un regard pour le mendiant, mais l’attitude du « cœur » (cor en latin) qui est étreint par la « misère » de l’autre et qui décide d’agir et d’y porter remède. Le bonheur n’est pas dans la vengeance, le repli sur soi, l’indifférence mais dans le don de soi, la sortie de sa forteresse individuelle, l’engagement pour endiguer le mal. La miséricorde n’est pas émotion stérile mais motion dynamique.
Seule des 8, cette béatitude est basée sur la réciprocité : Dieu te donne autant de miséricorde que tu en donnes aux autres. La générosité qui donne au malheureux s’ouvre du coup à recevoir l’amour de Dieu.

Ce cœur aimant est « pur » au sens où l’on parle d’or pur. Le disciple qui renonce à jouer sur deux tableaux (vouloir le bonheur ici bas en même temps que la béatitude de Dieu) et qui se donne entièrement à sa foi, « verra Dieu » : il ne jouira pas de visions mais il se guérira de l’idolâtrie schizophrène et meurtrière, il discernera peu à peu qui est Dieu.

4. LA PAIX DANS LES LARMES

Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu.
Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des Cieux est à eux. Heureux êtes-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi. Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse, car votre récompense est grande dans les cieux ! Car c’est ainsi qu’on a persécuté les prophètes qui vous ont précédés.

Le 20ème siècle a pu nous conduire dans le désespoir : tant d’horreurs, une barbarie jamais connue. Deux guerres mondiales, des idéologies carnivores, Auschwitz, le Goulag, Hiroshima…Et le début du 21ème !! On finirait pas ne plus y croire. Jésus nous extrait de notre résignation et nous appelle à être « des artisans de la paix ». Réfléchir à ce qui peut être fait, tenter un essai modeste, ne pas se décourager devant les échecs, poser une petite pierre, entreprendre une simple démarche, faire la vérité. Le monde ne se trompe pas : lorsqu’il reconnaît un homme ou une femme de paix, quel que soit son pays, quelle que soit sa religion, il comprend que « Dieu est là ». Le travail pour la paix nous rend « enfants de Dieu » puisque Dieu est Paix.

Mais en finale, la 8e béatitude nous secoue. Jésus ne nous berce pas d’illusions : celui qui, à ma suite, voudra vivre selon mon chemin, celui qui, détaché des biens, aura soif de justice et cherchera la paix, au lieu d’être admiré, il sera au contraire en butte à la contradiction, à la critique, à la dérision, aux coups et même à la mort. Jésus, le premier, a fait cette expérience et le pire est que ce sont des grands prêtres, des théologiens et des pharisiens qui l’ont refusé et se sont ligués pour le supprimer. Idem après lui les Apôtres. Et aujourd’hui les martyrs se comptent par milliers. Cependant – puissance de l’Évangile -, Jésus promet aux siens que toute persécution n’éteindra pas la joie dans le fond de leur cœur. Ils seront anxieux, ils pleureront, ils crieront mais leur union au Christ crucifié et glorifié les gardera dans la joie de la Vérité.

TEXTE UNIQUE QUI BRILLE DE SPLENDEUR. Gandhi pleurait lorsqu’il l’a découvert. A apprendre par cœur. A vivre.[/fusion_text][/one_full][one_full last= »yes » spacing= »yes » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » hover_type= »none » link= » » border_position= »all » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= » » animation_direction= » » animation_speed= »0.1″ animation_offset= » » class= » » id= » »][fusion_text]

Raphaël Devillers,  dominicain
Tél. : 04 / 220 56 93   –   Courriel :   r.devillers@resurgences.be

[/fusion_text][separator style_type= »single » top_margin= »24px » bottom_margin= »48px » sep_color= »#ff9604″ border_size= »1px » icon= » » icon_circle= » » icon_circle_color= » » width= » » alignment= »center » class= » » id= » »][/one_full][one_full last= »yes » spacing= »yes » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » hover_type= »none » link= » » border_position= »all » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= » » animation_direction= » » animation_speed= »0.1″ animation_offset= » » class= » » id= » »][fusion_text]

 

PAPE FRANÇOIS : « LA MISÉRICORDE CONTRE LA MISÈRE »

Lettre en conclusion du Jubilé de la Miséricorde – 20 novembre 2016

21. Que l’expérience du Jubilé imprime en nous les paroles de l’Apôtre Pierre : « Autrefois vous n’aviez pas obtenu miséricorde, mais maintenant vous avez obtenu miséricorde » (1 Pierre  2,10).

Ne gardons pas jalousement seulement pour nous tout ce que nous avons reçu. Sachons le partager avec les frères souffrants pour qu’ils soient soutenus par la force de la miséricorde du Père.

Que nos communautés s’ouvrent pour rejoindre ceux qui vivent sur leur territoire, pour qu’à travers le témoignage des croyants la caresse de Dieu parvienne à tous.
Voici venu le temps de la miséricorde. Chaque journée de notre route est marquée par la présence de Dieu qui guide nos pas avec la force de la grâce que l’Esprit répand dans le cœur pour le modeler et le rendre capable d’aimer.

Voici venu le temps de la miséricorde pour tous et pour chacun, pour que personne ne puisse penser être étranger à la proximité de Dieu et à la puissance de sa tendresse.

Voici venu le temps de la miséricorde pour que ceux qui sont faibles et sans défense, loin et seuls, puissent accueillir la présence de frères et sœurs qui les tireront du besoin.

Voici venu le temps de la miséricorde pour que les pauvres sentent se poser sur eux le regard respectueux mais attentif de ceux qui, ayant vaincu l’indifférence, découvrent l’essentiel de la vie.

Voici venu le temps de la miséricorde pour que tout pécheur ne se lasse jamais de demander pardon et sente la main du Père qui accueille toujours et serre contre lui.

À la lumière du « Jubilé des personnes socialement exclues», alors que dans toutes les cathédrales et dans les sanctuaires du monde les Portes de la Miséricorde se fermaient, j’ai eu l’intuition que, comme dernier signe concret de cette Année Sainte extraordinaire, on devait célébrer dans toute l’Église, le 33ème Dimanche du Temps ordinaire, la Journée mondiale des pauvres. (note : ce sera le 19 novembre 2017).

Ce sera la meilleure préparation pour vivre la solennité de Notre Seigneur Jésus Christ, Roi de l’Univers, qui s’est identifié aux petits et aux pauvres et qui nous jugera sur les œuvres de miséricorde (cf. Mt 25,31-46).

Ce sera une journée qui aidera les communautés et chaque baptisé à réfléchir sur la manière dont la pauvreté est au cœur de l’Évangile et sur le fait que, tant que Lazare git à la porte de notre maison (cf. Lc 16,19-21), il ne pourra y avoir de justice ni de paix sociale. Cette Journée constituera aussi une authentique forme de nouvelle évangélisation (cf. Mt 11,5) par laquelle se renouvellera le visage de l’Église dans son action continuelle de conversion pastorale pour être témoin de la miséricorde.

22. Que demeurent tournés vers nous les yeux miséricordieux de la Sainte Mère de Dieu. Elle est la première qui nous ouvre le chemin et nous accompagne dans le témoignage de l’amour.

Que la Mère de Miséricorde nous rassemble tous à l’abri de son manteau, comme l’art a souvent voulu la représenter. Confions-nous à son aide maternelle et suivons son indication constante à regarder Jésus, visage rayonnant de la miséricorde de Dieu.[/fusion_text][/one_full][one_full last= »yes » spacing= »yes » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » hover_type= »none » link= » » border_position= »all » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= » » animation_direction= » » animation_speed= »0.1″ animation_offset= » » class= » » id= » »][separator style_type= »single » top_margin= »24px » bottom_margin= »48px » sep_color= »#ff9604″ border_size= »1px » icon= » » icon_circle= » » icon_circle_color= » » width= » » alignment= »center » class= » » id= » »][/one_full]