Catégories
Dimanches

33ème dimanche ordinaire – année C – 13 novembre 2016
Évangile de Luc 21, 5-19

CE QUI VA SE PASSER APRÈS JÉSUS

Au terme de sa longue montée depuis la Galilée, Jésus est entré enfin dans Jérusalem où les pèlerins affluent pour la Pâque qui approche.
Certains l’acclament comme Roi et guettent son intervention messianique.
Les autorités religieuses cherchent le moyen de supprimer cet homme dangereux.

Conscient qu’il vit ses derniers jours, Jésus s’installe quelque part sur l’esplanade où les marchands sont revenus et vendent les agneaux pour le repas pascal.

Jésus prêche, parle, proclame la Bonne Nouvelle, enseigne son évangile. A l’entrée de la Maison du Père, la Parole de Dieu doit retentir.
Car, avant les rites, et afin qu’ils soient vrais et non hypocrites, l’homme doit écouter, chercher à connaître avec précision la Volonté de Dieu.

La foi – confiance dans l’Évangile et conversion – précède la religion qui risque de demeurer gestes et rites sacrés. La liturgie est d’abord écoute.
Le croyant est d’abord et toujours un « disciple » c.à.d. quelqu’un qui accepte d’apprendre.

Si le Temple de pierres refuse d’entendre, il est condamné.
Mais Jésus, certain que son œuvre se poursuivra par-delà sa mort, donne une ultime instruction.

Son testament nous met en garde contre les dangers, nous tient vigilants, éveillés dans la prière afin de comprendre les événements de l’histoire.

Imprimer
[one_full last= »yes » spacing= »yes » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » hover_type= »none » link= » » border_position= »all » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= » » animation_direction= » » animation_speed= »0.1″ animation_offset= » » class= » » id= » »][fusion_text]Essai de reconstitution du temple d’Hérode. Coin supérieur droit : citadelle de l’Antonia où demeurent Pilate et sa troupe.

Essai de reconstitution du temple d’Hérode. Coin supérieur droit : citadelle de l’Antonia où demeurent Pilate et sa troupe.

[/fusion_text][separator style_type= »none » top_margin= »24px » bottom_margin= » » sep_color= » » border_size= » » icon= » » icon_circle= » » icon_circle_color= » » width= » » alignment= »center » class= » » id= » »][fusion_text]

33ème dimanche ordinaire – année C – 13 novembre 2016
Évangile de Luc 21, 5-19

[/fusion_text][fusion_text]


LE TEMPLE DE PIERRES EST DÉTRUIT
LA COMMUNAUTÉ DE JÉSUS DEMEURE

Certes il n’égalait pas la beauté parfaite du Parthénon d’Athènes et il était le projet d’Hérode le Grand, un roi criminel et mégalomaniaque, mais le temple de Jérusalem, agrandi et embelli sur son ordre, faisait l’admiration de tous. C’est là, dans un coin de l’immense esplanade, que Jésus était assis, un peu à l’écart des marchands qui s’y étaient vite réinstallés après la bousculade : il enseignait son message au peuple qui l’admirait, sous l’œil haineux de ses adversaires qui se demandaient comment supprimer celui qu’ils considéraient comme un dangereux imposteur. L’étau se refermait sur lui : c’était ses dernières heures.

Aujourd’hui…. écoutons la première partie du discours ultime…

DESTRUCTION DU TEMPLE

Comme certains disciples de Jésus parlaient du Temple, des belles pierres et des ex-voto qui le décoraient, Jésus leur déclara : « Ce que vous contemplez, des jours viendront où il n’en restera pas pierre sur pierre : tout sera détruit. » Ils lui demandèrent : « Maître, quand cela arrivera-t-il ? Et quel sera le signe que cela est sur le point d’arriver ? »

La déclaration fait l’effet d’un coup de tonnerre ! Voilà près de 50 ans que d’immenses travaux se déroulent pour bâtir une splendide Maison de Dieu, et tout serait détruit ?? Quand donc ? Y aura-t-il des signes précurseurs ? Jésus ne précise pas la date mais il sait ce qui va lui arriver, à lui, à Pâque dans quelques jours et il annonce aux disciples – à nous – ce qu’ils vont devoir vivre dans les années et les siècles à venir.

ATTENTION AUX FAUX MESSIES

Jésus répondit : « Prenez garde de ne pas vous laisser égarer, car beaucoup viendront sous mon nom, et diront : “C’est moi”, ou encore : “Le moment est tout proche.” Ne marchez pas derrière eux ! …..

Premier danger très grave : des penseurs, des dictateurs proclameront que Jésus a échoué et que son Évangile est une supercherie ; ils se diront « sauveurs », ils présenteront des programmes promettant la réussite, l’enrichissement, la gloire. Ils feront miroiter les mirages du « grand soir », « des lendemains qui chantent », du « grand Reich ». Ils prétendront que Dieu est mort, que l’homme séculier est libéré de l’aliénation religieuse. Attention à ces faux prophètes, aux discours enjôleurs qui entraîneront des masses entières à l’abîme ! Surtout ne les suivez pas ! Hélas l’histoire du XXe siècle a montré que même des multitudes de « bons chrétiens » ont cru à ces slogans qui causèrent des morts par millions et des ruines épouvantables.
Et nous aujourd’hui écoutons-nous les mises en garde répétées du pape François et de ceux qui alertent sur le danger d’anéantissement où l’idolâtrie de l’argent, le consumérisme et le gaspillage nous mènent ?…
L’unique Sauveur du monde demeure Jésus le Christ Seigneur. La vraie Bonne Nouvelle, c’est son Évangile.

TOUJOURS DES GUERRES ET DES CATASTROPHES NATURELLES

Quand vous entendrez parler de guerres et de désordres, ne soyez pas terrifiés : il faut que cela arrive d’abord, mais ce ne sera pas aussitôt la fin…On se dressera nation contre nation, royaume contre royaume…. Il y aura de grands tremblements de terre et, en divers lieux, des famines et des épidémies ; des phénomènes effrayants surviendront, et de grands signes venus du ciel…

Les égoïsmes nationaux, les ambitions de certains fous d’orgueil provoqueront toujours des conflits, des affrontements et des guerres. On fera de grands discours sur la concorde, on signera des traités, le pape Paul VI criera devant l’UNESCO : « Jamais plus la guerre ! »…mais ce sera toujours bonne volonté éphémère, mots creux, feu de paille. Certes ce déferlement d’horreurs, ces tueries, ces carnages vous bouleverseront mais, explique Jésus, tout cela ne sera pas le début de la catastrophe finale.

Il surviendra aussi et encore des séismes, des éruptions volcaniques, des périodes de sécheresse et, dans le ciel, des phénomènes inexplicables (éclipses, étoiles filantes…) provoqueront stupeur et terreur.

En tout cas, il ne faudra pas voir là des manifestations de la colère de Dieu, des châtiments contre les péchés de l’humanité.

PERSÉCUTION CONTRE (LES DISCIPLES DE) JÉSUS

Mais avant tout cela, on portera la main sur vous et l’on vous persécutera ; on vous livrera aux synagogues et aux prisons, on vous fera comparaître devant des rois et des gouverneurs, à cause de mon nom. Cela vous amènera à rendre témoignage. Mettez-vous donc dans l’esprit que vous n’avez pas à vous préoccuper de votre défense. C’est moi qui vous donnerai un langage et une sagesse à laquelle tous vos adversaires ne pourront ni résister ni s’opposer. Vous serez livrés même par vos parents, vos frères, votre famille et vos amis, et ils feront mettre à mort certains d’entre vous.

Jésus ne veut pas bercer d’illusion ses disciples. Annoncer que Dieu est amour, que son Fils est venu pour nous pardonner et nous combler d’une vie nouvelle, créer des communautés rayonnantes du bonheur des Béatitudes, tout faire pour apporter la concorde dans le village et entre les peuples, lutter pour instaurer le droit et la justice sur terre, promettre la résurrection et une éternité bienheureuse : toute cette mission convertira bien des cœurs et marquera la civilisation humaine mais elle excitera également la dérision, la critique, la haine de beaucoup. Lorsque Luc écrit ce texte dans les années 80 (50 ans après la mort de Jésus), il en a vu la confirmation immédiate: on a arrêté les Apôtres, on a mis à mort Étienne, Jacques, Pierre, Paul et tant d’autres (lire son 2e livre « Actes des Apôtres »).
Ces comparutions devant les tribunaux seront l’occasion de rendre témoignage, de faire connaître exactement qui est Jésus et ce que signifie d’être son disciple.
Nul besoin de chercher des maîtres du barreau pour élaborer votre défense : ce n’est pas l’éloquence qui convertira les juges. L’Esprit de Dieu sera votre avocat, il vous soufflera l’expression de votre vérité.
Et l’avertissement se précise : même des membres de vos familles vous dénonceront et vous feront condamner à la peine capitale. Là aussi sans doute Luc a vu ces trahisons ignobles se commettre.

Les vagues de persécution par le Pouvoir romain ne sont rien à côté du déferlement de haine qui s’est abattu contre l’Église et les chrétiens depuis plus d’un siècle : jamais dans l’histoire il n’y a eu autant de martyrs, ils se compteront par centaines de milliers… Est-ce que nous prions pour nos martyrs ? Demandons-nous justice ?

TENIR BON ET PERSÉVÉRER

Vous serez détestés de tous, à cause de mon nom. Mais pas un cheveu de votre tête ne sera perdu. C’est par votre persévérance que vous garderez votre vie.

Encore faudra-t-il bien discerner : il y aura des critiques justifiées lorsque le monde accusera l’Église d’accumuler des richesses, d’être compromise avec les Puissants, silencieuse devant les injustices qui écrasent les pauvres, recourant à la violence pour imposer ses croyances.
La véritable persécution est celle qui se déchaîne contre l’Église « à cause de moi » (répété deux fois). Nous sommes prévenus : un pas dans la foi entraînera un risque de plus.

Mais l’amour de Jésus donnera aux disciples persécutés la force et le courage de tenir. Ils ne devront jamais oublier ce qu’il leur a dit :

Il faut que le Fils de l’homme souffre beaucoup, soit mis à mort et ressuscite …Et si quelqu’un veux venir à ma suite, qu’il renonce à lui-même, prenne sa croix et me suive. Car celui qui veut sauver sa vie la perdra ; mais celui qui perd sa vie à cause de moi la sauvera (9, 21-24).

Tous ces avertissements doivent désamorcer notre stupeur de n’être pas aimés, nous empêcher de reculer devant les menaces qui se précisent, nous consolider dans nos certitudes.

C’est par votre persévérance que vous garderez votre vie.

La force du baptême nous permet de traverser les torrents des épreuves et l’acte de foi devient durée dans la fidélité. Notre lâcheté demeure, la chute est possible, réelle souvent : mais la Miséricorde divine assure notre victoire.

CONCLUSION

Ce texte n’est que la première partie du discours de Jésus (c’est le tout dernier avant son arrestation). Ensuite il annoncera la destruction prochaine de Jérusalem, puis sa venue comme « Fils de l’Homme dans la Gloire » et il terminera en insistant sur l’éveil permanent et la prière :

Tenez-vous sur vos gardes…Restez éveillés et priez toujours… (21, 34-36)

Si grandioses soient-ils, les temples faits de pierres disparaissent mais la communauté de Jésus, le Temple du Christ, la communauté sacerdotale et prophétique, le Corps du Christ s’édifie de membres vivants.
Tenir bon dans les tempêtes n’est possible que par la PRIÈRE.

[/fusion_text][/one_full][one_full last= »yes » spacing= »yes » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » hover_type= »none » link= » » border_position= »all » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= » » animation_direction= » » animation_speed= »0.1″ animation_offset= » » class= » » id= » »][fusion_text]

Raphaël Devillers,  dominicain
Tél. : 04 / 220 56 93   –   Courriel :   r.devillers@resurgences.be

[/fusion_text][separator style_type= »single » top_margin= »24px » bottom_margin= »48px » sep_color= »#67b7e1″ border_size= »1px » icon= » » icon_circle= » » icon_circle_color= » » width= » » alignment= »center » class= » » id= » »][/one_full][one_full last= »yes » spacing= »yes » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= »#ffffff » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » hover_type= »none » link= » » border_position= »left » border_size= » » border_color= » » border_style= »solid » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= »fade » animation_direction= »right » animation_speed= »0.5″ animation_offset= »top-into-view » class= » » id= » »][fusion_text]

LES ÉGLISES DE PIERRES DISPARAISSENT
L’ÉGLISE D’HOMMES DEMEURE

[/fusion_text][fusion_text]mur-occidental-jerusalem

Le kotel (vestige du mur occidental du temple du 1er siècle).

[/fusion_text][fusion_text]

Le premier temple de Jérusalem fut construit par le roi Salomon au 10ème siècle avant notre ère. Son cœur était la salle dite le « Saint des Saints », résidence de YHWH. Il fut détruit par les troupes de Nabuchodonosor en – 587 et la population déportée.

Au retour de l’exil, on rebâtit un 2ème temple bien plus modeste, inauguré en – 515.

En – 20, le roi Hérode fit entreprendre de gigantesques travaux de remblaiement pour agrandir l’esplanade et le Temple fut réparé et embelli. Le peuple détestait ce roi infidèle et criminel mais admirait la splendeur retrouvée de la Maison de Dieu.
Jésus en annonça la fin prochaine avant d’être arrêté, jugé et crucifié en + 30.

Effectivement, vers l’an 66, l’insurrection s’alluma contre l’occupant romain. La guerre fit, dit-on, des centaines de milliers de morts. En 70 (juste 40 ans après la mort de Jésus), Rome l’emporta : la ville et le temple furent incendiés et détruits. En 135, Rome en chassa tous les Juifs, Jérusalem devint ville païenne.

En 638, Jérusalem est conquise par les Arabes qui construisent le Dôme du Rocher à l’emplacement probable du « Saint des Saints » de l’ancien Temple d’Israël. La présence de l’Islam rend impossible tout essai de bâtir « le 3ème Temple ».

Ne demeure du 1er siècle que le KOTEL (en hébreu : mur – on disait jadis « Mur des Lamentations »), vestige du mur de soutènement, désormais le lieu le plus sacré du Judaïsme puisque le plus proche de l’endroit présumé du Saint des Saints. Jour et nuit, les Juifs viennent y prier et parfois glisser de petits papiers avec des prières dans les interstices entre les énormes pierres. Les derniers Papes y ont prié.

Le site en temps réel est accessible sur le net : vous pouvez même y glisser une prière virtuelle.

En se balançant en prière, selon leur coutume, devant le Mur, les croyants juifs ne donnent-ils pas l’impression de vouloir, par la force spirituelle, forcer le passage pour rejoindre Dieu qui les attend au-delà  et qui leur répète : « Chérie, viens… » ? Car la magnifique histoire des amoureux du « Cantique des Cantiques » est interprétée par Israël comme celle de l’amour entre Dieu et son peuple :

Elle dit : J’entends mon chéri : le voici, il vient…
Le voici : il s’arrête derrière notre mur (Kotel)…
Il chante : Debout, ma compagne, viens » (Cantiq 2, 9)

Mais Jésus n’a-t-il pas dit : « Je suis la Porte » ?… (Jean 10, 7)

Le Temple définitif, lieu de la véritable présence de Dieu et du culte authentique, est le Corps ressuscité de Jésus. «  Détruisez ce temple : en 3 jours je le rebâtirai. Il parlait de son Corps » (Jean 2, 19).

Ceux qui accueillent sa Parole et le suivent comme disciples forment le temple vivant du Christ, en extension jusqu’à la fin du monde.
Il n’y a plus pour eux un lieu sacré où il faudrait se rendre en pèlerinage et où planerait un risque de guerre religieuse : ils se savent, ensemble, le corps du Christ, la communauté de prêtres, le Corps que rien ne peut détruire.
Leur travail n’est pas de construire mais de résister contre les persécutions.

[/fusion_text][/one_full][one_full last= »yes » spacing= »yes » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » hover_type= »none » link= » » border_position= »all » border_size= »0px » border_color= » » border_style= » » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= » » animation_direction= » » animation_speed= »0.1″ animation_offset= » » class= » » id= » »][separator style_type= »single » top_margin= »24px » bottom_margin= »48px » sep_color= »#67b7e1″ border_size= »1px » icon= » » icon_circle= » » icon_circle_color= » » width= » » alignment= »center » class= » » id= » »][fusion_text]

CITATION

[/fusion_text][fusion_text]

Vous avez été intégrés dans la construction qui a pour fondation les apôtres et les prophètes ; Jésus-Christ est la pierre maîtresse. C’est en lui que toute construction s’ajuste et s’élève pour former un temple saint dans le Seigneur…Vous êtes intégrés à la construction pour devenir une demeure de Dieu par l’Esprit.

Lettre aux Éphésiens 2, 20-22.

[/fusion_text][/one_full]