Catégories
Dimanches Fêtes et solennités

Fête de la Sainte Famille – Année B – 31 décembre 2017
Évangile de Luc 2, 27-40

GLOIRE D’ISRAEL
ET LUMIERE POUR TOUTES LES NATIONS

Après le récit de la naissance de Jésus, notre curiosité souhaiterait avoir des détails concrets sur la vie quotidienne du nouveau-né, la description de la demeure, l’éducation par les parents, le dévouement de la maman, le travail du père, les rapports avec les voisins, bref « la vie de la sainte Famille ».

Mais Luc n’est pas un journaliste et il ne s’intéresse pas à ces détails qui remplissent les médias d’aujourd’hui. Il nous a dit comment une dictature traitait ses citoyens : ce qui importe pour César, c’est de dénombrer ses sujets – quelque soit la souffrance des déplacements imposés -, de goûter l’ivresse du pouvoir, de prévoir ainsi le montant des impôts et l’accumulation de son trésor. Pour lui Jésus est un numéro, un petit Juif inconnu, membre d’un peuple méprisé, sur lequel il a tout pouvoir.

En contraste, Luc va montrer qu’en Israël, chaque enfant n’est pas un numéro mais une personne avec un nom, un don de Dieu, un membre du peuple élu dont il faut prendre soin, qu’il faut éduquer avec le sens de sa grandeur et de sa mission.

( A SUIVRE )

Catégories
Dimanches Fêtes et solennités

Fête de Noël – 25 décembre 2017
Évangile de Luc 2, 1-14

Noël est-il devenu la fête d’Amazon avant d’être celle de la venue du Christ ?

La une de l’hebdomadaire allemand Der Spiegel (Tirage 1 million expl.) de cette semaine a de quoi interroger : on y voit le petit Jésus livré par Amazon à ses parents, Marie et Joseph, qui semblent manifestement déçus du cadeau.

La fête de Noël telle qu’elle est vécue aujourd’hui a fait du consommateur un nouveau Dieu sur terre.

Marie et Joseph apparaissent comme des consommateurs typiques d’aujourd’hui : capricieux et se voulant tout-puissants. On les voit refuser le cadeau qui leur a été fait et se demander s’ils peuvent l’échanger. Le commerce en ligne et la transformation de Noël en fête de la consommation semblent avoir sonné le glas de l’esprit de Noël. C’est ainsi qu’il faut comprendre le jeu de mot dans le titre « Das gelieferte Fest, « Noël, la fête de la livraison ». Mais en même temps, le mot « geliefert » veut dire « cassé » ou « fichu ».

Donnant l’habitude au consommateur de tout avoir tout de suite, d’acheter quand il le souhaite et de pouvoir revendre ses cadeaux le lendemain de la fête, le commerce en ligne a ainsi accentué le caractère de « roi » du client. Or, visiblement, ce n’est pas un consommateur avide de satisfaire son plaisir et de céder à ses caprices qui serait le mieux disposé à accueillir sur Terre le Fils du Dieu vivant.

Noël est plus que jamais l’occasion de réfléchir à notre rapport à la consommation et à notre attitude de client qui « veut tout tout de suite » pour comprendre que la Nativité est d’abord l’expérience du don, de la pauvreté et de l’accueil.

(Extrait d’un article de ALETEIA 15 12 2017)

Catégories
Dimanches

4ème dimanche de l’Avent – Année B – 17 décembre 2017
Évangile de JEAN 1, 6-8 et 19-28

L’Ange porte des ailes, signe qu’il vient du ciel. Mais il a rejoint Marie dans son espace à elle.
Une colonne montre la séparation entre eux : cependant l’ange s’incline, se fait plus petit qu’elle.

Elle est si belle, toute recueillie, surprise et paisible.
Elle n’écoute pas : elle est écoute. Déjà elle accueille en son sein.

Luc ne décrit pas l’Ange : il dit son nom : GABRIEL. Pourquoi ?
Parce que Gabriel signifie « la Force, la Puissance de Dieu ».
Et parce que, dans la tradition juive, il est un des Archanges que Dieu avait postés, munis d’une épée de feu, pour interdire l’entrée dans le Jardin d’Eden dont l’humanité avait été exclue par son péché.

Gabriel vient du Jardin. Sans épée mais avec la douceur de la Parole.
Comme pour dire à la fille d’Eve : Sois dans la Joie. Par toi, Jésus va venir pour permettre aux hommes de retrouver leur Père et d’entrer dans le Jardin de son Amour.

Car rien n’est impossible à Dieu. Quand une femme lui dit OUI.

Catégories
Dimanches

3ème dimanche de l’Avent – Année B – 17 décembre 2017
Évangile de JEAN 1, 6-8 et 19-28

Les premiers disciples avaient oublié le jour de la naissance de Jésus: plus tard, on fixa ce jour au moment du solstice d’hiver, jour de grandes festivités païennes avec feux, cadeaux, alcools, chants.
Notre société a eu beau jeu de repaganiser la fête, de créer « un moment magique » avec un Bon Papa qui déverse ses cadeaux sur des adultes qui croient ainsi retrouver « leur âme d’enfant ». Noël est devenu « UN MARCHÉ » ( !!!!????). Comme jadis à Bethléem, le nouveau-né pauvre dort dans un coin inconnu : qui viendra le voir ?

Mettant en branle ses moyens gigantesques, la SOCIETE PROCLAME :

PREPAREZ un sapin pour fêter la victoire de la végétation sur l’hiver
PREPAREZ des guirlandes pour acclamer l’allongement des jours
PREPAREZ un banquet pour vivre notre amitié (sélective)
PREPAREZ des vins et des alcools pour vous griser de gaîté
PREPAREZ déjà les valises car ensuite vous partirez en vacances dans une station de ski
PREPAREZ une crèche de Noël…mais c’est facultatif.

Loin, loin, la petite voix de JEAN-BAPTISTE PROCLAME… (Mais qui entend sa voix recouverte par des tonnes de décibels ?….) :

PREPAREZ-VOUS à vous rendre à la frontière de votre vie, au lieu du gué, du passage.
PREPAREZ le chemin du Seigneur en piétinant votre orgueil, en fraternisant avec les pauvres
PREPAREZ vos cœurs en demandant pardon pour vos fautes
PREPAREZ vos corps en vous dépouillant pour plonger dans l’eau du renouveau
PREPAREZ – VOUS à être suspectés, criblés de questions, tournés en dérision
PREPAREZ-VOUS à redécouvrir Celui qui vient après moi et qui est la LUMIERE DU MONDE
PREPAREZ-VOUS à être invités, par grâce, sans rien payer, à son Banquet où chacun reçoit la même part et où les cœurs sont comblés d’une joie nouvelle.

R.D.

Catégories
Dimanches

2ème dimanche de l’Avent – Année B – 10 décembre 2017
Évangile de Marc 1, 1-8

Jean, l’homme de la frontière.
Il montre Jésus à la foule. Puis il s’efface devant lui.

Quelles sont les personnes qui ont été pour moi des témoins convaincus et courageux ?
Qui m’ont parlé de Jésus, qui m’ont expliqué les Ecritures, qui ont dissipé mes doutes,
et qui, ensuite, humblement se sont effacés ?

Comment moi à mon tour, puis-je montrer Jésus, parler de lui avec assurance,
expliquer qu’en effet il réalise les Ecritures ?

« IGNORER LES ECRITURES, C’EST IGNORER LE CHRIST » (Saint Jérôme)