Catégories
Dimanches

17ème dimanche – Année A – 30 juillet 2017
Évangile de Matthieu 13, 44-52

La vie vous parait ennuyeuse. Métro, boulot, dodo, loto. Journées toutes pareilles, tâches monotones, directeur acariâtre, confrères insupportables, rengaines de la vie conjugale, enfants décevants. Et les prix qui grimpent. Et il n’y a jamais assez d’argent.
Et l’Eglise ? Bof ! Jadis, on a un peu milité : on a essayé des choses en paroisse mais ça a échoué. Les autres ont abandonné. Les messes ? Langage inadapté, moralisme plat, rites désuets. Sans parler des scandales jusqu’au sommet. La plupart des copains ont lâché la pratique, certains cherchent du côté de la « spiritualité » : méditation, concentration, prestige des grands illuminés. Mais au fond qui a raison ?
Alors pour vaincre l’ennui, on fait comme tout le monde : on court les grandes surfaces, on se précipite aux soldes, on s’équipe de tout : ordis, portables, photos…. On part en voyage le plus souvent et le plus loin possible. On est ravi par les derniers tubes des idoles à la mode.

Indispensable prise de conscience : pourquoi donc n’êtes-vous jamais « comblé » ?…..

Ce vide, vous ne pourrez jamais le remplir. Car la solution n’est pas dans l’avoir mais dans l’être. Pas dans le lointain mais dans le tout proche.
Au sein de votre existence, cherchez bien : il y a un trésor. Non un coffre-fort, un avoir plus gros que les autres mais un « nouveau voir ». Non une chose mais une personne.

On peut l’obtenir sans argent. En creusant, en retournant les problèmes. Parfois même en arrêtant le travail et en réfléchissant un peu plus profondément. Jésus l’appelle « le Royaume de son Père ».

R.D.

Catégories
Dimanches

16ème dimanche – Année A – 23 juillet 2017
Évangile de Matthieu 13, 24-43

DES PARABOLES … POUR CAPTER QUEL MESSAGE ?

« Dieu vient régner » : telle est la proclamation essentielle que Jésus annonce dès que, baptisé, il commence sa mission en circulant à travers la Galilée.

Que signifie cette expression ? Si Dieu « règne », où est son royaume ? En quoi consiste-t-il ?

L’explication est donnée au centre de l’évangile de Matthieu, dans les 8 paraboles du chapitre 13.

Dimanche passé, a été lue la première : le Royaume vient par la Parole, la Bonne Nouvelle que Jésus lance comme un semeur sème des grains de blé. Beaucoup ne l’écoutent pas ; certains l’abandonnent ; d’autres y renoncent, pris par des intérêts mondains. Mais certains y croient, accueillent la Parole, portent du fruit.

Aujourd’hui voici les 3 paraboles suivantes : elles aussi cherchent à nous convertir, à nous ouvrir les yeux, à bousculer nos inerties, à modifier notre vision, notre existence.

LE SEMEUR : écouter, garder les paroles dans le cœur, laisser mûrir.

L’IVRAIE : patience, ne pas s’énerver, laisser le jugement à Dieu.

LE GRAIN DE MOUTARDE : multiplier les petites attentions, les initiatives discrètes

LE LEVAIN : Le royaume de Dieu n’est pas dans les marges pieuses de l’histoire. Introduire la puissance de l’Evangile au cœur des réalités du monde.

R.D.

Catégories
Dimanches

15ème dimanche – Année A – 16 juillet 2017
Évangile de Matthieu 13, 1-23

DES PARABOLES … POUR CAPTER QUEL MESSAGE ?

Merveilles de la technologie : grâce à ces « paraboles » installées sur votre toit, vous pouvez capter sur votre petit écran les émissions de plusieurs centaines de chaînes, ce qui permet aux émigrés de recevoir les nouvelles de leur pays lointain. TV, téléphones, … : nous sommes connectés au monde entier, en permanence au courant de tous les événements du globe.
Mais l’essentiel n’est jamais capté sur les ondes.

Il y a plus de 20 siècles, loin de tous les centres de pouvoir, d’autres « paraboles » surgissaient dans les campagnes de Galilée.
Non des instruments techniques mais de simples petites histoires. Tellement simples qu’on les a réduites au format d’historiettes pour amuser les enfants du catéchisme.

Or ces paraboles émettaient un message destiné à ébranler le monde : nous mettre au courant de la vision et de l’action de Dieu pour l’humanité et le monde.
Des mots très simples destinés à convertir radicalement notre façon de voir le monde et d’y conduire notre existence.
Non « des nouvelles » vieillies après quelques heures mais « la Bonne Nouvelle » qui demeure toujours jeune et active.

L’Eglise ne s’est pas toujours laissé changer par elles. Mal lui en a pris. Mais les paraboles du Royaume ont continué leur œuvre car la Parole de Dieu provoque toujours des résultats.

Les paraboles sont des mots qui, comme des graines, descendent dans la profondeur des cœurs et, en dépit de beaucoup de pertes, y germent en actes d’amour, de solidarité, de don de soi, de pardon.

R.D.

Catégories
Dimanches

14ème dimanche – Année A – 9 juillet 2017
Évangile de Matthieu 11, 25-30

PÈRE, JE PROCLAME TA LOUANGE

Beaucoup de chrétiens sont découragés, baissent les bras. Chute des vocations, assemblées vieillottes, projets retombés comme des soufflés, désaffection des jeunes, inertie de beaucoup. Par habitude on conserve une certaine pratique mais il n’y a plus d’élan. On joue battus.

Mais Jésus est-il allé de succès en succès, de triomphe en triomphe ? Il parlait de bonheur, il guérissait les malades, il pardonnait aux pécheurs : tout pour plaire. Et pourtant on le soupçonnait, on l’épiait, on le critiquait. Certains envisageaient même de le supprimer parce qu’il changeait la religion.

Et cependant jamais il n’a capitulé, jamais il n’a renoncé à poursuivre sa mission. Il ne comptait pas les convertis, il ne cherchait pas l’unanimité, il traînait des apôtres balourds.

Et cependant il se réjouissait et chantait :

« PÈRE JE TE RENDS GRÂCE » : Les grands et les puissants ne m’acceptent pas ; seuls quelques disciples demeurent avec moi, seuls des pauvres me comprennent. Mais ta volonté s’accomplit : cela seul compte. ALLELLUIA.

L’Eglise n’est pas une entreprise obnubilée par son bilan, obsédée par son taux d’écoute ou avide de remplir les salles. Elle est une pauvre qui tombe et qui chante, une perdue qui traverse des nuits et qui chante, une blessée qui soigne, qui saigne et qui chante.

R.D.